Aujourd’hui, on s’attaque à un constructeur de périphériques gaming haut de gamme, j’ai nommé Fnatic, avec la présentation et le test de leur tout nouveau clavier mécanique, le Streak. Une chance en plus pour nous, nous avons pu le tester en version Cherry MX Silent Red, un switch rare et pourtant plein de qualités, que Fnatic propose en série sur ce nouveau modèle. C’est parti !

Description

  • Constructeur : Fnatic
  • Modèle : Streak
  • Type : Clavier mécanique
  • Format : Full size
  • Matériaux : Aluminium anodisé et polycarbonate
  • Layout : ISO FR (Azerty)
  • Switchs : Cherry MX Blue, Red, Brown ou Silent Red
    • Longueur de course : 4 mm
    • Point d’actuation : 2 mm
  • Keycaps :
    • Matériaux : ABS
    • Profile : OEM
  • Connectique : USB
  • Rétroéclairage : RGB
  • Dimensions :
    • Seul : 440 x 141 x 36 mm
    • Avec repose-poignets : 440 x 192 x 36 mm
  • Poids : 962 g
  • Garantie : 2 ans
  • Autres :
    • Déporteur de port USB
    • Molette de contrôle de volume
  • Prix public : 129,90€

Déballage

Le clavier est livré dans une belle boite majoritairement blanche, en carton épais et mat, alliant modernité et sobriété. Sur la face principale, on a le logo de Fnatic et la dénomination du produit qui entourent un visuel presque grandeur nature du clavier, en vue du dessus, le tout sur un fond blanc et noir.

Test Fnatic Streak Test Fnatic Streak

À l’arrière, un petit aparté sur l’histoire du constructeur, sur un ton humoristique. On a un visuel partiel du clavier accompagné de légendes sur une partie des caractéristiques du clavier, notamment sur l’implémentation de RGB, d’un mode « Compétition » et des touches supplémentaires de contrôle de volume du son et du micro.

Test Fnatic Streak

Au dessous, la fiche technique complète et deux badges indiquant le type de layout et le switch embarqué, ici des Cherry MX Red Silent donc.

Test Fnatic Streak

À l’ouverture, on tombe nez-à-nez avec le clavier, bien logé dans son carton, fait de noir et de orange vif clair, tout comme le logo apposé en dessous. Joli.

Test Fnatic Streak

La partie haute détient l’épais câble USB qui déboule sur deux ports, un pour le clavier, un autre qui connecte le déporteur de port logé derrière le clavier.

En retirant le clavier, on a une petite pochette en carton qui contient un épais guide de l’utilisateur, ainsi que trois autocollants à l’effigie de la marque, et en dessous, on retrouve le repose poignets détachable.

Test Fnatic Streak

Le clavier

D’emblée, le clavier en impose par son châssis. Très fin, distingué mais qui ne manque pas d’agressivité, ce Streak sait donner dans la sobriété. Seul le lettrage des touches, le gros logo casé en haut à gauche du clavier et celui incorporé sur le devant de la barre espace trahiront son orientation gaming.

Test Fnatic Streak

Comme indiqué sur la fiche technique, le Streak incorpore des touches de contrôle multimédia (molette de contrôle de volume, une touche pour couper le micro et l’autre le son). Entre les deux, on retrouve une touche de programmation de macro. Il suffit d’appuyer 5 secondes dessus pour déclencher l’enregistrement, puis de ré-appuyer dessus pour finir l’enregistrement.

Les diodes de notification d’état (touche Verr. Maj. etc.) sont situées au-dessus des flèches directionnelles et disposent d’un petit éclairage blanc.

Test Fnatic Streak

Les angles arrondis donnent du cachet et de la personnalité au clavier, en plus de cet effet déjà produit grâce à la couleur gun metal de ce revêtement en aluminium anodisé.

Test Fnatic Streak

Le clavier dispose de deux connectiques en USB, une pour le clavier, la seconde pour le déporteur de port situé à côté du départ de câble. Un petit plus appréciable !

Test Fnatic Streak Test Fnatic Streak

Au dessous du clavier, on retrouve quatre patins en caoutchouc pour la bonne tenue. Les deux du haut sont en fait des pieds rétractables pour ajuster la hauteur du clavier. Le Streak dispose d’un repose-poignets amovible, qui se clipse très facilement. Le revêtement en cuir est très doux et agréable au touché.

Test Fnatic Streak Test Fnatic Streak Test Fnatic Streak

Le clavier dispose d’une plaque magnétique de signature, translucide pour laisser passer le rétroéclairage RGB. Joli. Le constructeur annonce qu’il sera possible à l’avenir de customiser et de commander (ou d’imprimer ?) sa propre plaque. Vraiment sympa.

Test Fnatic Streak Test Fnatic Streak

Enfin, notre modèle de test dispose de switchs Silent Red, translucides pour laisser le RGB s’exprimer. Les keycaps sont en ABS fin (dommage, on va finir pour faire une pétition pour demander aux constructeurs de proposer des version en PBT…) et le profil utilisé est classiquement le profil OEM.

Test Fnatic Streak

Test

Le Streak peut se dispenser d’un logiciel de contrôle. Point positif : pas besoin d’ajouter un énième pilote au démarrage de votre ordinateur, pour le peu que vous ayez choisi des périphériques de constructeurs différents. Cela n’altère en rien la prise de contrôle du rétroéclairage ou encore la programmation de touches macros, largement faisable à la main. Les programmations répondent sans aucun problème et le fait que cela soit programmable à la volée permet de le réaliser en pleine partie.

Test Fnatic Streak Test Fnatic Streak

Il est possible de bénéficier de plusieurs modes de rétroéclairage sans installer le software. On a entre autres du breathe, pulse, wave, pluie et bien d’autres encore. Mon préféré est celui où toutes les touches ont un rétroéclairage aux couleurs aléatoires uniquement lorsqu’on les actionne : le mode Reactive. Poétique.

Test Fnatic Streak

Pour plus de contrôles du rétroéclairage, il reste préférable d’utiliser le logiciel de contrôle unifié qui gère les nouveaux périphériques du constructeur. Le Streak (et le Streak Mini, le même au format 75%) sont évidemment de la partie, mais également les deux nouvelles souris (la Clutch et les Flick 2)

Au niveau du confort de frappe, on ne reviendra pas sur le profil de touche utilisé qui est le plus courant, mais peut-être que l’introduction d’un profil plus plat comme du Cherry aurait davantage sublimé la faible épaisseur de la plaque principale. Néanmoins, ça a l’avantage de ne pas perturber les utilisateurs. Concernant les touches, pareil, on aurait aimé un plastique un peu plus qualitatif que ce simple ABS fin que l’on retrouve vraiment partout chez les constructeurs de périphériques pour joueurs, à quelques exceptions près. Ceci dit, à 129 euros, on reste dans un tarif tout à fait acceptable pour se retrouver avec de l’ABS.

Le repose-poignets est un vrai plus sur ce modèle. Bien fini et aussi agréable à la vue qu’au toucher grâce à son cuir mat piqué, moi qui n’en utilise pas d’habitude, je dois avouer que j’apprécie sa présence et son utilité.

Enfin, c’était l’occasion pour nous de tester un switch rare, le MX SIlent Red de Cherry. Celui-ci intègre dans sa structure de fins amortisseurs aux extrémités. Résultats : une frappe légèrement ramollie mais avec une course intacte (contrairement à l’effet produit par des joints toriques), mais un gain en silence très appréciable, ce qui est un plus non négligeable notamment pour les joueurs nocturnes.

Voici un comparatif de frappe entre ce Streak et notre Varmilo de référence :

Contenu non disponible.
Merci d’accepter les cookies en cliquant sur « Accepter » sur la bannière.

On tient cependant à préciser que la qualité du micro utilisé ici laissait à désirer et que le bruit généré par le Streak est plus grave et plus étouffé que ce l’enregistrement indique.

Conclusion

Pourtant méfiant de nature des claviers mécaniques « gaming », je dois dire que ce Streak me plait. Pourquoi ? Par sa construction sobre et bien finie, son design épuré, le profil relativement plat très bien épaulé par son repose-poignets, l’inclusion des Silent Red dans le choix des switchs et son logiciel de contrôle léger et performant. Fnatic signe là un clavier de bonne qualité et confortable. J’apprécie également que le clavier soit customisable en Plug-And-Play. Enfin, même si c’est au prix d’un gros câble, le déporteur de port USB intégré au châssis est un petit plus.

Je regrette simplement que le constructeur n’ai pas pensé à allier un profil de touches plus bas pour corréler avec ce design plat et, qu’à ce prix, on ne puisse bénéficier d’un set de touches plus valorisant, histoire d’enfoncer le clou un peu plus loin. Ce qui m’empêche de lui attribuer une médaille d’or, automatique chez moi dès lors qu’il n’y aura pas de présence de PBT au niveau des touches sur ce prix. Néanmoins, à 129€ en prix de départ, on reste sur un rapport qualité/prix plus largement acceptable et fait de ce Streak un clavier qui n’a rien à envier à ses concurrents dans le milieu du gaming.

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer