Aujourd’hui, déballage et présentation d’une petite paire d’enceintes BlueTooth, les Enermax Sterotwin. Vendues par deux, elles permettent de bénéficier d’un système stéréo tout en restant san-fil, mais chacune d’elle peut fonctionner seule et de manière autonome.

Alors,  plutôt deux fois qu’une ?

[nextpage title = « Emballage et bundle »]

Les Stereotwin sont logées dans une boite en carton plutôt sobres, arborant majoritairement du noir. Sur le dessus, on a le logo de la marque avec un visuel photographique partiel des deux petites bestioles vues du dessus.

Test Enermax Twinstereo Test Enermax Twinstereo Test Enermax TwinstereoL’arrière reprend strictement le même visuel.

Test Enermax Twinstereo

En dessous, sur la face avant donc et toujours sur un fond noir, on reprend encore le logo, la dénomination du produit avec quelques specs illustrées sous formes d’icônes, et un visuel des deux enceintes complet.

Sur les côtés droit et gauche, juste du noir, on vous épargne donc les illustrations. Et enfin sur le dessous, on a (en anglais) les spécificités des enceintes ainsi qu’une fiche technique complète, que l’on vous  détaillera plus tard.

La boite s’ouvre par devant grâce à un système de fixation par aimants. Ces derniers ressortent très nettement du carton d’ailleurs. Une fois la boite ouverte, on retire un petit rectagle de mousse et on tombe nez-à-nez avec les deux haut-parleurs, bien encastrés dans leur protection en mousse noire.

Test Enermax Twinstereo

Une fois les enceintes et la mousse retirées, on enlève un petit morceau de carton pour découvrir les accessoires fournis. Parmis eux, on retrouve :

  • Un câble USB A vers 2 micro-USB
  • Deux câbles jack plats noirs mâle/mâle
  • La notice d’utilisation
  • Deux protections en tissu synthétique noir pour transporter les enceintes

Test Enermax TwinstereoTest Enermax Twinstereo[nextpage title = « Les enceintes »]

Toutes petites et toutes mignonnes, les deux enceintes sont de formes globalement cylindriques. Sur le dessus, on retrouve une grille de protection noire et blanche pour hauts-parleurs.

Test Enermax TwinstereoTest Enermax TwinstereoA l’arrière, on retrouve la connectique micro-USB et la prise jack

Test Enermax Twinstereo

Devant, le logo de la marque écrit en blanc. On remarque sur tout le pourtour de l’enceinte une série de plastique translucide feutré : vous n’avez pas rêvé le tout s’illumine de bleu !

Test Enermax Twinstereo

Enfin en dessous, on a le bouton d’allumage, d’avance et recul et un bouton play/pause qui fait office de décrochage si vous utilisez les enceintes avec votre smartphone. Pas hyper pratique d’avoir mis ça en dessous… D’autant plus qu’il n’y a pas de télécommande !

Test Enermax Twinstereo

[nextpage title = « La fiche technique »]

Marque : Enermax
Modèle : Stereotwin
Type : Enceintes BlueTooth nomades

Puissance d’amplification : 4W
Fréquences de réponse : 120 Hz – 16 KHz
Signal : 70 dB
Dimensions des hauts-parleurs : 52 mm

Batterie : Li-Pro rechargeable
Autonomie annoncée : 8h
Durée de rechargement annoncée : 2h

Dimensions : 72 mm (diamètre) * 85 mm
Poids : 320 g/u

Version du BlueTooth : 4.2
Fréquences : 2,4 – 2,48 GHz

La fiche technique ne précise pas s’il s’agit de 2*4W ou 2*2, ni s’il s’agit de watts musicaux RMS ou standards.

[nextpage title = « Le test »]

Le son

Pour la partie test, on se met en bonnes conditions. Pièce au calme, les enceintes à égale distance de part et d’autre de l’écran, à une distance de 75cm environ. Les titres écoutés sont encodés au format FLAC à minima.

On commence par du rock avec le titre « Foe » de Leprous :

Puis on passe à l’électro avec « Lambs are dancing » de Mondkopf, pour les basses :

On passe dans le plus gras avec un peu de metal, avec « The Cell » de Gojira :

Enfin, un peu de douceur avec « Solveig’s Song » de Anneke van Giersbergen avec Árstíðir :

« Foe » se retrouve ici comprimé, il n’y a pas autre chose à dire. Si la dynamique est respectée, le retrait des graves et des premières fréquences de médiums donnent un son de creux à l’ensemble, laissant la voix prendre un peu trop le dessus.

Le titre de Mondkopf a un rendu assez propre et la dynamique est présente. Néanmoins, les fréquences basses ne peuvent être mises à l’honneur ici, question de physique. En revanche, pas de dénarutation du son.

Sur Gojira, on ne peut que constater que les graves sont un point faible. La faible place qui leur est accordée donne une quasi-sensation de son « radio » sans relief et ne permet pas de discerner les guitares comme il se doit. Ici, le son est un peu trop dénaturé, on sent comme une absence.

Comme dans nos précédents et récents tests audio, la dernière piste sert à mettre en évidence ne traitement des hautes fréquences (aigus et mediums hauts). Ici, les enceintes s’en sortent avec un traitement homogène et tout à fait honorable à volume modéré. En revanche, augmenter le volume nuira quelque peu à l’expérience.

Enfin, puisque le constructeur met en avant l’idée que les enceintes s’appairent entre elle pour renvoyer une image stéréo, nous avons effectuer ce bête test pour nous en assurer :

Du coup, on confirme, le duo se comporte bien comme un ensemble stéréo, il ne s’agit pas de deux enceintes mono autonomes qui fonctionneraient simplement en même temps.

L’autonomie

Pas de problème non plus à ce niveau-là. A un volume à 75%, nous avons enregistré 6h40, ce qui est honorable, mais « pourrait mieux faire ».

[nextpage title = « Conclusion »]

Globalement, les Stereotwin ont quelques arguments à avancer.  Rappelons qu’il s’agit ici d’un petit système audio d’appoint vraiment nomade pour soulager les haut-parleurs de votre appareil, le plus adapté étant clairement un appareil de type PC portable avec un bureau. Si les enceintes ne brillent pas par leur qualité musicale, elles remplissent leur rôle.

Leur taille très réduite leur permet d’être facilement transportées. Par contre, la partie en Y du câble USB aurait mérité quelques centimètres de plus dans chaque bout pour permettre de bien placer les deux bestioles de part et d’autre de votre laptop, à moins de travailler sur un modèle de 11 pouces (ce qui colle bien avec l’idée de la mobilité, me direz-vous, mais tout de même, c’est trop idiot !).

Enfin, si le design global est plutôt discret et que la finition est plus que correcte, caler les boutons de contrôle, notamment du décrocher/raccrocher pour les appels, sous les enceintes est une idée un peu stupide. Les diodes bleues font manquer de sérieux aussi, une source de besoin en énergie qui aurait pu être au moins proposée désactivable par le constructeur… Dommage, ce côté « gadget » inutile.

A environ 100 euros l’ensemble, bénéficier d’une image stéréo un peu plus complète que sur des enceintes monoblocs reste cruellement  trop cher face à la qualité de son proposée lar les StereoTwin. Tout dépendra néanmoins de vos besoins. Mais pour un usage sédentaire, dirigez-vous vers des Wavemaster Cube Mini BT.

Retrouvez les Enermax StereoTwin sur Amazon :

 

  • 7/10
    Bundle - 7/10
  • 7/10
    Design - 7/10
  • 8/10
    Qualité de fabrication - 8/10
  • 5.5/10
    Qualité de son - 5.5/10
  • 7/10
    Autonomie - 7/10
  • 3.5/10
    Prix - 3.5/10
6.3/10

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer