Aujourd’hui, déballage et présentation d’une paire d’écouteurs dotés d’un micro signée Enermax : j’ai nommé les EAE01. Non, la dénomination n’est pas très parlant, mais la qualité de son ne pourrait-elle pas l’être pour autant ?

Réponse ici même.

[nextpage title = « Emballage et bundle »]

Ici, on laisse tomber le noir et on laisse place au blanc et rouge. La face avant laisse place à un discret logo en haut à droite, suivi de la dénomination du produit, simplement en noir sur fond blanc, utilisant des polices et des tailles différentes pour un rendu plutôt moderne. Un visuel minimaliste du câble et d’un des écouteurs (que l’on voit de profil) viendront meubler ce fond blanc. On retrouve en bas  quelques icônes symbolisant les fonctionnalités.

Test Enermax EAE01 Test Enermax EAE01 Test Enermax EAE01

A droite, la fiche technique en anglais, toujours sur fond blanc. A l’arrière, on a les fonctionnalités en détails et rédigées en plusieurs langues, dont le français.

Test Enermax EAE01

De la même manière à gauche, on a cette fois trois visuels : les écouteurs, les trois embouts fournis et la petite sacoche de transport.

Test Enermax EAE01

L’ouverture de la boite se fait par la face avant et est d’ailleurs un peu pénible.

Lors qu’on l’ouvre, on tombe sur les écouteurs et la petite housse de transport rigide, bien logés dans leurs encarts respectifs en mousse noire.

Test Enermax EAE01

Lorsque l’on retire tout, on tombe sur le sachet d’embouts en silicone et la notice.

Test Enermax EAE01

[nextpage title = « Le casque »]

La première chose qui saute aux yeux, c’est la légèreté du casque et la finesse de ses câbles.

En revanche, les matériaux utilisés ne sont pas des plus flatteurs ni au toucher, ni à la vue.

Il s’agit-là d’un casque de type semi-intra qui bénéficient d’un pourtour d’oreille pour le maintient, sans que l’on ai à « enfoncer » réellement les écouteurs dans les oreilles. De fait, la pression exercée est très nettement réduite.

Test Enermax EAE01 Test Enermax EAE01Au bout du câble de 1m, on retrouve un connecteur jack coudé de 3,5 mm.

Test Enermax EAE01

Le casque bénéficie d’un micro omnidirectionnel et d’un bouton d’appel, compatible forcément avec les smartphones.

Test Enermax EAE01

[nextpage title = « Fiche technique »]

Marque : Enermax
Modèle : EAE01
Type : Casque intra-auriculaire

Hauts-parleurs : 11,4 mm
Fréquences : 20 Hz – 20 KHz
Connectique : Jack 3.5 mm
Sensibilité : 95 dB
Impédance : ~ 16 Ω

Microphone : Oui
Embouts : 3 (XS, S et L)
Longueur du câble : ~ 120mm

Autres :
Revêtement étanche anti-transpiration

[nextpage title = « Le son »]

Pour tester la musicalité de ce casque, j’ai sélectionné 4 morceaux que je connais parfaitement bien et qui sont complémentaires dans les types de son, de mixage et les fréquences appelées.

On commence par du rock avec le titre « Foe » de Leprous :

Puis on passe à l’électro avec « Lambs are dancing » de Mondkopf, pour les basses :

On passe dans le plus gras avec un peu de metal, avec « The Cell » de Gojira :

Enfin, un peu de douceur avec « Solveig’s Song » de Anneke van Giersbergen avec Árstíðir :

Verdict :

Malheureusement le résultat est sans appel, le EAE01 est un échec. Les basses fréquences manquent d’être entendues à moins d’enfoncer clairement les écouteurs le plus loin possible, chose qui n’est ni recommandable, ni confortable. Là-dessus, des embouts en mousse à mémoire de forme auraient pu permettre de moins coincer.

Les basses paraissent lointaines si on n’enfonce pas assez les embouts et si on le fait, elles bavent sur les graves en les mettant à mal et en ruinant leur dynamique.

Les graves manquent trop à l’appel. Lointainement cachés derrière le reste, pour le peu qu’ils ne soient pas déformés, leur retrait dénature l’expérience sonore. Je sais que l’on reste sur un casque vendu une trentaine d’euros, mais mon bon vieux Koss Porta pro lui met l’amende.

Enfin, pour les médiums et les aigus, s’ils sont audibles ils ont malheureusement un rendu criard, froid et synthétique que mal positionné.

Le seul moyen est de disposer d’un equalizer pas trop nul pour palier à ce déséquilibre dans le traitement du son. Malheureusement, les pré-réglages de mon Zune (oui, oui…) sont scellés et n’autorisent pas de personnalisation.

[nextpage title = « Conclusion »]

Il n’y a pas à tergiverser très longtemps sur la conclusion de ce test. Le bundle, même s’il est complet, ne fournit rien de plus qu’un concurrent, ou peut-être un peu plus, mais la qualité du son est en-dessous de moyen si on le laisse en l’état. Si vous cherchez un combiné casque/micro et que vous n’êtes pas regardant sur la qualité du son, alors faites ce que bon vous semble. Si le micro ne vous intéresse pas, alors à titre personnel pour le même prix je n’aurais rien de mieux à faire que de vous conseiller de vous diriger vers l’excellent A-Jays One, vendu quelques euros de plus seulement, dont la musicalité et la finesse font assurément mouche, même des années après leur sortie.

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer