Des boîtiers, on vous en a présentés à la pelle, mais aujourd’hui on s’attaque à un petit monstre apprécié par beaucoup, je cite le Core P3 de Thermaltake. C’est le petit chouchou de la gamme P de Thermaltake qui, ne nous le cachons pas, est une gamme très prisée par les amoureux d’hardware du fait que c’est un boîtier ouvert !

Pour ceux qui ne connaissent pas Thermaltake, c’est une entreprise Taïwanaise spécialiste dans les domaines de la ventilation, des boîtiers, alimentations, refroidissement CPU en aircooling et plus récemment spécialisé dans le watercooling custom.

On passe sans plus attendre au déballage du Core P3.

[nextpage title = « Emballage et bundle »]

Grosse surprise a la réception, le colis n’est pas si énorme que ça, il est imposant oui, mais plutôt fin. On retrouve un visuel éclaté du produit sur la face avant ainsi que la dénomination du produit et l’adresse du site web de Thermaltake. Présente sur la face principale du carton, un stickers « Snow Edition » indiquant qu’on est bien sur la version blanche du Core P3. Sur le côté, les caractéristiques du produits. C’est un emballage de boîtier, jamais énormément de chose à dire là-dessus donc on part sans attendre vers la suite !

Un coup de cutter sur le haut du colis et le carton s’ouvre nous laissant apercevoir un emballage en polystyrène.

Après quelques minutes à batailler pour sortir le produit emballé du carton, on retrouve notre bloc de polystyrène, finalement aussi grand que le carton lui-même !

A l’intérieur, on retrouve toutes les parties du Core P3 accolées les unes aux autres, à commencer par la plaque en plexiglas faisant office de protection sur le montage finale.

 

En-dessous on retrouve le squelette du châssis du Core p3, puis tous les accessoires venant agrémenter le boîtier à votre guise.

 

Parmi les accessoires, on retrouve un riser PCI-Express pour installer votre carte graphique à la perpendiculaire, une notice de montage (pour une fois très utile !), un lot d’accessoires pour le boîtier permettant divers montage et pour finir, le set de visserie et une dizaine de colliers en supplément !

Les présentations sont maintenant faites, passons à la présentation de ses caractéristiques !

[nextpage title = « Fiche technique »]

  • Modèle : Core P3
  • No de référence CA-1G4-00M1WN-00
  • Type de boîtier : Moyen Tour
  • Dimension (H x L x P) : 512 x 333 x 470 mm (20.2 x 13.1 x 18.5 pouces)
  • Poids net : 10.3 kg / 22.7 lb
  • Panneau latéral : Transparent Window
  • Couleur : white (blanc)
  • Matériau SPCC
  • Baies de disques
    • Accessibless : 2 x 3.5″ or 3 x 2.5″ (visible de l’extérieur du châssis)
    • Cachées : 2 x 3.5’’ ou 2.5’’ (à l’intérieur du châssis)
  • Slots d’extension : 8
  • Cartes mère 6.7” x 6.7” (Mini ITX), 9.6” x 9.6” (Micro ATX), 12” x 9.6” (ATX)
  • Ports E/S USB 3.0 x 2, USB 2.0 x 2, HD Audio x 1
  • Bloc d’alimentation Standard PS2 PSU (optional)
  • Prise en charge du ventilateur : 3 x 120mm / 3 x 140mm
  • Prise en charge du radiateur : 1 x 360mm / 1 x 420mm
  • Hauteur maximum ventirad CPU : 180mm
  • Longueur maximum de la carte graphique : 280mm (avec réservoir et radiateur) ou 450 mm sans réservoir et radiateur
  • Profondeur maximum du bloc d’alimentation : 200mm

[nextpage title =  » Présentation du boitier et de ses modularités »]

Le châssis du Core p3 est en lui-même assez fin, ce qui explique l’emballage. Sur l’avant on retrouve un revêtement blanc avec sur la gauche le trou d’accès de l’arrière carte-mère, et sur la droite les emplacements pour le radiateur, les unités de stockage et les baies 5,25″ (lecteur optique, Rhéobus)… plus ou moins tout ce que vous voulez au final. On retrouve également 8 passages de câbles, dont deux (les principaux, à savoir alimentation et 24 pins) avec un cache câble en caoutchouc. On peut également voir que l’ensemble du boîtier est criblé de filetage pour les différents assemblages possibles du boîtier.

Sur l’avant du boîtier qui fait guise de panneau frontal, on retrouve un jack micro et casque, deux USB 3.0 et deux 2.0, un bouton reset et évidement un power on, tout ça empilés verticalement !

Sur l’arrière du châssis on retrouve une grille derrière l’éventuel emplacement pour le radiateur (pour une question d’aération) et les fixations VESA, car oui, il est possible de fixer le boîtier contre un mur !

Un petit coup de tournevis sur les 6 vis a mains a l’arrière du boîtier et on peut retirer le panneau, nous laissant découvrir la place qu’on aura pour ranger tous nos câbles et fixer nos disques durs. En soit c’est assez sympa, car le principe de ce boîtier est de tout montrer donc le fait d’avoir autant de place pour ranger uniquement les câbles et quelques broutilles est appréciable !

 

On a fait le tour du boîtier en lui-même, voyons un peu quel modularité il propose exactement !

Installation du boitier :

Il faut savoir que le boîtier peut être utilisé de plusieurs manières différentes, en position verticale comme vous avez pu le voir sur le schéma du boîtier, mais également en mode « table de benchmark », avec une configuration complètement couchée. Il peut, comme indiqué plus haut, être également fixé directement sur un mur via les empâtements VESA présent à l’arrière du boîtier.

 

Pour nous, ça sera un montage standard avec un boîtier vertical sur pied.

Fixation PCI :

L’un des arguments les plus séduisants du Core P3 est de pouvoir mettre sa carte graphique verticalement et ce, sans modification home-made du châssis, comme le font beaucoup de moddeur aujourd’hui (c’est ici qu’intervient le riser PCIe). Mais Thermaltake pense aussi à ses utilisateurs moins à la recherche du tape-à-l’œil et propose également un montage de votre carte graphique « classique ».  En plus de proposer une fixation avec pas moins 8 slots de disponible, la marque intègre un outils avec simplement 2 slots afin de donner au Core P3 un look minimaliste et de proposer tout de même à votre carte graphique le soutient dont elle a besoin ! A noter qu’un seul riser PCI-Express 16X est fourni, si vous voulez installer d’autres cartes d’extensions il vous faudra vous fournir en risers supplémentaires pour effectuer les connexions en bonne et due forme.

 

Riser GPU : 

En corrélation avec notre choix de fixation GPU, nous avons du mettre en place le riser et sa fixation. Pour ça bien de bien dur, quelques vis et c’est fixé !

 

Fixation alimentation :

Encore une fois on a le choix, l’alimentation peut avoir deux positions sur le Core P3 et c’est en parti en fonction de comment vous choisissez de mettre votre carte graphique. Effectivement, si vous avez une belle backplate sur celle-ci et que vous souhaitez laisser votre carte graphique horizontalement, vous pouvez du coup mettre votre alimentation sur le côté, la ventilation orientée vers la plaque en plexiglas, donc. Sinon, comme nous, vous vous résignez à la laisser dans sa position standard, à savoir position vers le bas :

 

Fixation Réservoir/pompe :

C’est une partie totalement additionnelle. Pour les utilisateurs d’AIO, vous risquez de ne pas en avoir besoin, mais pour le coup, nous on est sur un watercooling rigide et le seul emplacement dédié à la fixation de pompe/réservoir pour le Core P3 est celui-ci.

 

Globalement le Core p3 est un boitier ouvert orienté « modding » proposant tous les addons dont nous pourrions avoir besoin sans les imposer, permettant que Paul ait une configuration ultra épurée avec le strict minimum le tout fixé au mur ou que Jacques ait une table de benchmark pour faire cuir ses processeur dans un boîtier complet !

Voilà voilà, vous savez tout sur tout vis-à-vis de ce boîtier et de ces évolutions, passons maintenant au montage de notre configuration dans celui-ci !

[nextpage title = « Le Montage de notre configuration »]

  • CPU : Intel Core i7 3770k
  • Carte graphique : GTX 970 + Raijintek Morpheus II + 2x Riing RGB
  • Watercooling : Full Thermaltake Rigidfe
  • Carte-mère : MSI Z77A-G43 Gaming
  • Mémoire : 4×4 go DDR3 1600Mhz G.SKill Sniper
  • Alimentation : FSP Hydro G 850w + Cablemod
  • Stockage : 1xSamsung 840 Evo + 2x disque dur 3’’5

Carte mère :

En soit, rien de problématique, il suffit de rajouter quelques entrecroises sur le châssis et c’est un montage classique. On note tout de même que l’espace entre la carte mère et le boîtier est confortable. Pour ce qui est des connectiques en façade et addons, c’est également sans souci puisque les passe-câbles sont nombreux, permettant au câbles de se faire discrets.

 

Carte graphique :

Tester Core P3 sans mettre une carte graphique verticalement serais un mauvais test, et ce n’est pas le genre de la rédaction ! On a donc commencé par fixer le riser à notre boîtier puis on fait place à notre GTX 970 en enlevant les deux équerres qu’elle nécessite, et le tour est joué ! Reste à voir les performances, mais ça c’est dans la prochaine partie !

 
 

Watercooling :

Pour cette partie, on vous invite à aller faire un tour sur notre article concernant la mise en place du watercooling rigide (lien de l’article) puisque une grande partie est déjà expliquée. Cependant, il faut avouer que l’assemblage du boîtier à sa guise permet tout de même un assemblage de WC Custom plus que confortable, que ce soit pour le radiateur, la pompe ou encore le passage des tuyaux.

 

Stockage :

Notre configuration se compose de deux disque dur 3,5″ et d’un SSD 2,5″. Pour le montage des disques dur externes, aucun souci, c’est ni plus ni moins des racks verticaux sans vis, en trois minutes les disques sont montés dans le boîtier. Pour le SSD, la notice n’est pas franchement explicite à ce sujet, mais on a trouvé un emplacement parfait derrière le radiateur, quatre vis et c’était réglé également !

 

Alimentation :

Pour le coup, comme indiqué précédemment, nous n’avons pas eu le choix de montage.  Notre alimentation est donc montée dans une position classique et ses câbles partent tous directement dans le cache-câble en caoutchouc, simple et efficace !

 

Notre petite configuration est maintenant en place, On va pouvoir passer à la partie test du boîtier ! Vous pouvez au passage retrouver l’article concernant le watercooling rigide ici (lien de l’article) et le tutoriel de pliage de tube ici (lien de la vidéo) .

[nextpage title = « Procédure de test »]

Test de refroidissement :

Prise de la température via un thermomètre laser à deux moments-clés : au bout de 10 minutes d’utilisation classique et au bout de 30 minutes de benchmark. Un test que l’on répétera trois fois pour faire une moyenne de l’ensemble.

Test de dB :

Plus ou moins similaire à la partie précédente, on utilise un sonomètre que l’on place à côté du boitier au bout de 10 minutes d’utilisation classique et ensuite au bout de 30 minutes de benchmark.

Télécharger OCCT

[nextpage title = « Analyse des resultats »]

Faute de moyen puisque changement de boîtier/refroidissement, nous n’afficherons pas de comparaison vis-à-vis des températures du processeur puisque ce ne serais pas juste.

Core_p3_snow

Pour la carte graphique par contre, aucun souci, nous avions relevé les températures lors du test du Raijintek Morpheus II (lien de l’article) et, bien que ce ne soit pas les mêmes ventilateurs, nous allons tout de même pouvoir comparer avec cette fois une carte graphique verticale et un boitier ouvert !

FireStrike :

  • Avant : 37° maximum
  • Maintenant : 39°

Unigine Heaven Benchmark 4.0 :

  • Avant : 42° maximum
  • Maintenant : 43°

Unigine Valley Benchmark 1.0 :

  • Avant : 41° maximum
  • Maintenant : 43°

CatZilla :

  • Avant : 40° maximum
  • Maintenant : 43°

Malheureusement, le fait que le boîtier soit ouvert, les ventilateurs aspirent l’air ambiant qui est plus chaud que celui que peut avoir un boîtier (entendons-nous bien : un boitier avec une ventilation en aspiration pas trop minime). C’est également et sûrement le cas pour le processeur mais faute de moyens de comparaison, on restera sur nos 51° max en OCCT.

Pour ce qui est du reste de la configuration, c’est du similaire, un poil moins sur les disque dur mais rien de flagrant, on apprécie quand même les températures sympathiques du processeur et la légère perte sur la carte graphique !

Pour les tests de nuisances sonores, nous avons relevé du 35 dB en utilisation classique (avec 5 ventilateurs qui tournent) et 47 dB en plein benchmark. C’est un poil plus qu’un boîtier fermé, logique, mais beaucoup moins que nos ancien Noctua Industrial, donc tout a fait acceptable.

Après ce long article de présentation, il est temps de conclure !

[nextpage title = « Conclusion »]

Au final, on retrouve un boîtier très accessible, très complet et surtout ultra modulable. Vous ne pouvez pas ne pas apprécier ce boîtier si ce que vous cherchez est dans la liste des bons points.  Ou alors, c’est que vous vous plantez de type de boîtier !

Pour ce qui est du montage, de l’installation ou encore des performances, c’est un sans-faute et couplé avec un watercooling Thermaltake et des Riing, l’ensemble est vraiment homogène et le rendu somptueux.

Si on devait chipoter, peut être que des caches caoutchouc sur tous les passe-câbles et le kit d’installation mural fournis en supplément seraient les bienvenus dans le bundle, mais c’est plus qu’anecdotique.

Le boîtier en lui-même est vendu une centaine d’euro en version noir et comptez 10€ de plus pour la version blanche, en soit ce n’est pas vraiment cher sachant que par exemple, le riser en pièce détachée est déjà à plus de 20€ ! Pour ceux qui trouvent ce boîtier trop grand ou trop petit, sachez que la gamme P de Thermaltake propose des Core P7 et P1, ce qui ravira tout le monde !

  • 8/10
    Bundle - 8/10
  • 9/10
    Design - 9/10
  • 9/10
    Qualité - 9/10
  • 10/10
    Modularité - 10/10
  • 7/10
    Performance - 7/10
8.6/10

 

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer