Après le test décevant de la GXT 158, on remet le couvert avec Trust et une nouvelle souris de leur catalogue, la GXT 188, une souris pro et ergonomique pour droitier. Annoncée, lors la rédaction de ce test, à environ 79€ TTC, on change carrément de niveau tarifaire et on l’espère, de gamme.

Trust a-t-il trouvé les moyens de tacler les rois de la souris avec sa GXT 188 ? Réponse avec notre test !

Trust Gaming

 

[nextpage title = « Caractéristiques techniques »]
  • Marque : Trust
  • Modèle : GXT 188 Laban RGB
  • Nombre de boutons : 8
  • RGB : Oui
  • Poids : 113 grammes (sans le câble)
  • Dimensions : 128 × 70 × 39 mm
  • Matériaux : Plastique, soft-touch
  • Longueur du câble : 1,8 m
  • Capteur optique : Pixart PWM3360 (laser)
  • Latence : 2 ms
  • Pole rate : 125 – 1000 Hz
  • Accélération : 50G
  • DPI : 100 à 15,000 (max)
  • Gestion et enregistrement des profils : Oui (5 max)
  • Garantie : 2 ans
  • Prix : 79,90€ (au 31/05/17)

Place au déballage et au test !

[nextpage title = « Emballage & bundle »]

Comme sur l’autre souris que nous avions testée, l’emballage fait plutôt bonne impression et se retrouve même être plus sobre pour cette Laban. Sur la face principale, on retrouve en haut à gauche le logo sur à peine 2 cm de hauteur, à droite un cercle de couleurs et la mention RGB qui annonce couvrir 16,8 millions de couleurs. Juste en dessous, quelques caractéristiques techniques avec le nombre de DPI max, un rappel sur l’existence de mémoire embarquée pour la sauvegarde des profils et la présence d’un utilitaire de gestion de la souris. En dessous, sur un fond noir emprunt de gris, un visuel de la souris vu de 3/4 avec le liseré latéral gauche illuminé. En dessous, le badge « Trust GXT » et à droite, la dénomination du produit.

Trust GXT 188 Laban

Sur la tranche gauche, on retrouve encore le logo de la marque, le nom de la souris accompagné de la mention RGB et tout en bas, le sigle Trust GXT, le tout en inscription blanche sur fond rouge vif.

Trust GXT 188 Laban

A droite, juste le sigle « Trust GXT » et un zoom partiel sur la souris

Trust GXT 188 Laban

Et enfin à l’arrière, un visuel légendé principalement en anglais avec les caractéristiques techniques du produit, suivi de quelques descriptions dans d’autres langues, dont le français.

Trust GXT 188 Laban

L’ouverture se fait en tirant la boite rouge du reste. On tombe sur une mousse noire qui recouvre la notice, la garantie et un sticker avant de laisser voir l’encart de la souris, lui-même fait de cette même mousse.

Trust GXT 188 Laban

Un autre morceau de mousse se retire pour que l’on puisse atteindre le câble de la souris.

Trust GXT 188 Laban

Autrement dit, on a visuellement affaire à une boite légèrement plus raffinée que sur l’autre modèle que nous avions testé et ça ne peut être que positif ! Et pour terminer, une petite notice et un autocollant à l’effigie de la marque.

Trust GXT 188 Laban

[nextpage title = « La souris »]

Après avoir délogée la souris de sa protection, on note que le câble perd son gainage au profit d’une protection plastique peu flatteuse à l’œil et tout autant moins solide. Dommage !

Trust GXT 188 Laban

La souris se veut donc ergonomique et ne se propose que pour les droitiers. Le dessus bénéficie d’un revêtement en soft-touch. Les clics gauche et droite sont légèrement tuilés et terminent leur course sur une distance équilibrée. Entre les deux, une molette au revêtement caoutchouté pour une meilleure accroche. En dessous la molette, la classique paire de boutons pour régler les DPI à la volée. A l’extrémité du clic principal, un bouton additionnel en plastique brillant.

Trust GXT 188 Laban Trust GXT 188 LabanTrust GXT 188 Laban Trust GXT 188 Laban

Sur la tranche gauche de la souris, on note un renfoncement prévu pour le pouce surmonté de deux boutons programmables additionnels, qui prennent leur point de départ au même endroit que le liseré qui parcourt la souris dans sa presque totalité.

Trust GXT 188 Laban

Sur l’arrière de la souris, on retrouve le badge « Trsut GXT » translucide afin de laisser s’exprimer une des diodes RGB que contient la Laban.

Trust GXT 188 Laban

Sur le côté droit, rien de spécial, une forme revue pour accueillir quelque peu l’annulaire.

Trust GXT 188 LabanEnfin en dessous, un plastique granuleux moins flatteur mais pas choquant à cet endroit. On retrouve également trois patins en téflon pour assurer la glisse, dont un petit placé sur la droite.

[nextpage title = « Le pilote »]

L’on doit admettre qu’un pilote qui pèse 6Mo, c’est sympathique. En revanche, il ne faut pas s’attendre à un logiciel de gestion unifié des périphériques du constructeur avec ce poids-là. Un bon point pour certains (ceux qui osent mélanger les marques et les styles sur leur bureau), un mauvais pour d’autres qui n’aiment pas forcément cumuler les icônes dans la zone de notification.

Disponible uniquement en anglais, le logiciel se présente de manière aussi simple qu’intuitive. Esthétiquement, ce n’est pas moche du tout d’ailleurs. Tout en haut, sous forme d’onglets, vous pourrez naviguer entre vos différents profils.

En dessous, vous trouverez des volets correspondant aux différentes familles de paramétrages de la souris. Le premier concerne l’assignation des boutons programmables. À ces derniers s’assignent des fonctions courantes et pratiques du quotidien, comme des enchaînements d’actions (macros). Dans ce même volet, vous pourrez régler la prise en charge de l’accélération, de la vitesse du point, du scrolling vertical et du double-clic. Enfin, le réglage du polling rate sur quatre paliers : 125, 250, 500 et 1000 Hz.

Test Trust GXT 188 Laban

Le deuxième volet, nommé étrangement « Performance », permet de régler le niveau de DPI des cinq paliers gérés par la souris.

Test Trust GXT 188 Laban

Enfin le dernier volet concerne la gestion du rétroéclairage par diodes RGB de la souris. Cinq modes sont proposés : éteint, respiration sur 7 couleurs, mode fixe, respiration sur une couleur fixe et enfin, le mode circulaire (dans les deux sens, au choix).

Test Trust GXT 188 Laban

Pour chaque mode, on peut choisir sa couleur, le niveau de luminosité (sur trois niveaux) et la vitesse de « respiration » lorsqu’elle est activée.

Même rédigé en anglais, le soft est plutôt simple et intuitif à prendre en main. On vous laisse un petit aperçu de la souris qui brille de mille feux :

Par ailleurs, la souris est ici présentée sur le tapis GXT 760 de la même marque et dont le test sera publié très bientôt !

[nextpage title = « A l’usage »]

Si la design et l’affinage du pilote jouent un rôle important dans l’appréciation d’une souris, il en reste que c’est la prise en main qui détermine plus sa qualité. À ce niveau-là, si dans l’ensemble son ergonomie est plutôt conventionnelle et a son petit lot d’efficacité, plusieurs détails manquent de lui faire remporter une bonne note.

Premièrement, le bouton additionnel logé à côté de l’index. Si la pression à exercer dessus est tout à fait équilibrée, son emplacement reste un poil trop éloigné de là où se loge naturellement l’index sur le « clic gauche ». De fait, une petite gymnastique digitale s’impose pour y accéder et le presser.

Toujours en parlant de gymnastique, les boutons sous la molette sont eux aussi, trop éloignés. Ceci pour deux raisons : parce qu’ils sont au nombre de deux (éloignant encore plus le second), d’une part et d’autre part, parce qu’ils sont tout simplement trop éloignés de la molette. La molette aurait pu être un poil plus petite et/ou positionnée plus en avant histoire de leur laisser un peu de place.

Enfin, pour en terminer avec le sujet, les deux boutons latéraux manquent de franchise dans leur démarcation. Si l’utilisation de plastique brillant aide à les différencier de la coque, leur proéminence est bien trop faible pour s’y retrouver, d’autant plus qu’elle est encore plus faible sur le bas. Ajoutons à cela qu’ils épousent un peu trop bien le creux laissé au pouce, surtout en leur base. Autrement dit, ils se retrouvent activés par le pouce en les pressant plutôt du haut vers le bas que de manière horizontale, ce qui n’est pas pratique du tout.

Pour ce qui est de la glisse, elle est dans la moyenne haute et est satisfaisante pour la majorité des joueurs, même si un peu bruyante. Mais on a déjà vu mieux, malgré le poids moyen/léger de la souris. Enfin, les clics sont plutôt audibles et manquent de nervosité dans le départ de leur remontée, ce qui peut créer une petite fâcheuse tendance à rester « cliqué » lors d’une partie un peu nerveuse.

[nextpage title = « Conclusion »]

Pour conclure sur nos impressions sur la GXT « Laban » 188 de Trust, ce n’est ni une mauvaise, ni une excellente souris. Si de grands progrès ont été réalisés au niveau de l’ergonomie, des revêtements choisis et que le RGB fait mouche par la manière dont il est implémenté, on ne retrouve malheureusement aucun traitement qui valorise la souris sur une autre. Ces petites inattentions de construction sur l’ergonomie sont, finalement, les détails qui font que cette Laban ne se démarque pas de la concurrence.

Malgré un très bon travail sur le design et le pilote, la Laban ne possède aucune caractéristique lui permettant de réellement tirer son épingle du jeu, du moins au prix demandé.

Retrouvez la Trust GXT « Laban » 188 sur :

LDLC

Amazon

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer