Nouveau test aujourd’hui avec le Sharkoon PureWriter RGB, un clavier mécanique qui, comme son nom l’indique, possède un rétroéclairage RGB, mais surtout des switchs low-profile de chez Kailh (en version rouge pour notre test). Un clavier qui se veut simple, plutôt sobre, apparemment orienté pour l’écriture mais le lettrage orienté « gamer » fait également son effet. Voici notre avis sur le Sharkoon PureWriter RGB.

Description

  • Constructeur : Sharkoon
  • Modèle : PureWriter RGB
  • Type : Clavier mécanique
  • Format : 100% ou TKL
  • Layout : ISO FR
  • Switchs testés : Kailh Red low profile
    • Longueur de course : 3 mm
    • Point d’actuation : 1,5 mm
    • Résistance : ~50G
  • Keycaps
    • Matériaux : ABS / Soft touch
    • Profil : bas
  • Connectique : Micro USB
  • Rétroéclairage : RGB
  • Dimensions : 436 x 127 x 35 mm
  • Poids : 642 g
  • Garantie : 2 ans
  • Prix public : 85€

Le clavier

Le PureWriter RGB est disposé dans un carton long et fin, à l’image du clavier, appuyant le côté plat du clavier. On retrouve un design diablement sobre et moderne, avec le logo briillant en haut à gauche, un visuel de type « laser » représentant le clavier et le badge RGB qui va bien en bas à droite (il existe une variante non RGB du clavier où le rétroéclairage est uniquement bleu, pour information).

Test Sharkoon PureWriter RGB

En dessous, on retrouve la fiche technique entière du clavier, avec en bas à droite les mentions indiquant qu’il s’agit bien de la version française avec la couleur du switch (le clavier est disponible uniquement en Kailh rouge, linéaire, ou blue, clicky).

Test Sharkoon PureWriter RGB

À l’intérieur, on a le clavier câlé dans un moule en plastique blanc bien enveloppé avec posée dessus, le manuel d’utilisation. En dessous, on retrouve non pas un, mais deux câbles USB de deux longueurs différentes. Pratique lorsque l’on branche le clavier à un PC portable, ce qui évite d’avoir un long câble qui traine sur la surface de travail (ou de jeux).

Test Sharkoon PureWriter RGB Test Sharkoon PureWriter RGB
Test Sharkoon PureWriter RGB

 

Voici donc le Sharkoon PureWriter RGB. Il arbore un look à la fois sobre, type bureautique, mais n’oublie pas de séduire les joueurs avec un lettrage typique et des profils de couleurs par défaut adaptés.

Test Sharkoon PureWriter RGB Test Sharkoon PureWriter RGB

 

Comme précisé dans la fiche technique, le PureWriter RGB est uniquement proposé avec des switchs low profile signés Kailh. Conséquence : une hauteur globale du clavier réduite, tout comme la course des switchs, mais également des caps, hautes de seulement 6,2mm. Pour autant, la sensation si typique d’un switch mécanique est très bien retranscrite.

Test Sharkoon PureWriter RGB

Le boitier est entièrement fait de plastique : granuleux au niveau de la partie inférieure, et imitation métallique sur la partie supérieure, avec un petit liseré effet aluminium qui parcourt tout le clavier. Simple, déjà vu, mais efficace.

Test Sharkoon PureWriter RGB

À l’arrière, on retrouve un port mini-USB, positionné légèrement sur la droite.

Test Sharkoon PureWriter RGB

En dessous, on retrouve quatre patins antidérapant, avec un niveau de hauteur supplémentaire pour les patins supérieurs.

Test Sharkoon PureWriter RGB

Au niveau des keycaps, les matériaux utilisés sont de l’ABS fin pour la structure et du revêtement type soft-touch. Le lettrage est plutôt gras, ce qui n’est pas forcément ce qu’il y a de plus beau mais cela a au moins le mérite d’être très lisible. Comme dit précédemment, les caps sont elles aussi en low profile avec seulement 6,2 mm de hauteur et profitent tout de même d’une inclinaison, contrairement aux Cooler Master SK qui a des touches strictement plates.

Test Sharkoon PureWriter RGB

Les diodes RGB sont placées sur la partie haute des switch, ce qui a pour effet, énormément répandu, d’avoir un rétroéclairage non centré et par conséquent les caractères inférieurs sur les touches ne profitent pas autant d’éclairage que les caractères principaux. Cela reste tout de même très lisible.

Test Sharkoon PureWriter RGB

Enfin, puisque le contrôle du rétroéclairage se fait uniquement par combinaison de touches (pas de logiciel), des fonctions sont attribuées à un grand nombre de touches :

Test Sharkoon PureWriter RGB

 

À l'usage

On ne va pas se mentir, ce clavier est extrêmement agréable sous les doigts. Silencieux (en tout cas, en version Kailh rouge), précis, confortable, l’expérience de frappe est tout simplement réussie. l’inclinaison des touches apporte un confort pertinent au regard du clavier : discrete mais suffisamment présente. Le plug and play n’est pas forcément un argument pour tout le monde, mais pour nous, c’en est un. Pas de logiciel à installer, les réglages se font entièrement à la main et très facilement une fois le guide parcouru.

Question finitions, on reste sur quelque chose de très cohérent vu le prix demandé (85€ pour la version full size à l’heure où nous écrivons ces lignes, 75 pour la version TKL). Sans être vraiment exceptionnelle, il n’y a globalement rien à redire sur l’usinage et la sensation de solidité du châssis est là. Par contre, les patins antidérapants manquent quelque peu d’efficacité et le soft touch des touches, aussi agréable soit-il à l’utilisation comme pour les yeux, a vite tendance à marquer.

Les switchs testés de notre exemplaire sont des Kailh rouges. Ils sont linéaires et proposent une résistance très équilibrée de 50 cN (contre 45 pour les Cherry MX Red ou Gateron Red), ce qui est bien pensé étant donné que la course est elle aussi moindre que les interrupteurs classiques (3 mm contre 4 d’habitude).

Niveau nuisances sonores, malgré le poids plume du clavier et les matériaux fins utilisés un peu partout, elles sont très légères. Pas autant qu’un clavier avec des switchs MX Silent Red, mais tout de même, les caps étant peu hautes, les résonances sont sensiblement moindres qu’avec des claviers aux switchs classiques. C’est un excellent point.

Enfin, question rétroéclairage, on dispose de tous les modes que l’on veut : static, breath, wave, snake… Et les couleurs sont entièrement personnalisables. En effet, les quantités rouge, bleu et vert sont choisissables manuellement par des combinaisons de touches détaillées dans le manuel d’utilisation, entièrement traduit en français : Fn +Q  ou W pour régler le rouge, S et X pour le vert et D et C pour le bleu. C’est un peu complexe à apprivoiser, et évidemment, on n’obtient pas autant de précision qu’avec un logiciel, mais l’effort est là.

Test Sharkoon PureWriter RGB

Conclusion

Le Sharkoon PureWriter RGb est à notre sens bien plus réussi que le Gamdias Hermes P3 RGB, le seul autre clavier mécanique avec switchs low profile que nous avions testé jusqu’alors. Un look plus raffiné, un vrai layout ISO FR et des finitions plus propres, le tout pour un tarif plus contenu.

Avec une frappe agréable et silencieuse, un bundle pertinent avec ses deux câbles USB de deux longueurs différentes et une prise en charge Plug & Play, ce PureWriter RGB est clairement ce qu’il se fait actuellement de mieux en termes de claviers mécaniques plats. On aurait cependant aimé un look un peu moins « gamer générique », mais ce n’est là qu’une position subjective. Enfin, une disponibilité avec des switchs tactiles aurait été appréciée pour couvrir un peu mieux le marché. Le réel défaut du clavier reste la qualité des matériaux choisis, aussi agréables soient-ils sous les doigts, le plastique a une tendance à marquer très rapidement.

Le PureWriter RGB est le clavier qu’il vous faut si vous n’avez pas aimé la hauteur typique des claviers mécaniques, mais que vous recherchez un clavier plat avec une frappe qualitative (entendre par là homogène, précise et confortable).

Sharkoon PureWriter RGB
  • 8/10
    Qualité de fabrication - 8/10
  • 9/10
    Qualité de frappe - 9/10
  • 8/10
    Design - 8/10
8.3/10

Résumé

sharkoon purewriter rgb amazonOn aime :

  • La qualité de frappe
  • Plug & Play
  • Switchs low profile !
  • Silence de frappe (en Kailh rouge)

 

On n’aime pas :

  • Patins antidérapant pas très efficaces (mais cela reste correct)
  • Look gamer qui manque de personnalité
  • Soft touch des touches qui marque vite
Envoi
User Review
0 (0 votes)

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer