On est vraiment très heureux aujourd’hui de réaliser notre premier test d’un produit venant de chez Roccat, constructeur qui mérite amplement sa réputation, avec leur nouvelle souris Kain 120 AIMO !

Caractéristiques

  • Constructeur : Roccat
  • Modèle : Kain 120 AIMO
  • Type : Souris filaire
  • Rétroéclairage : Oui (RGB)
  • Capteur optique : Roccat Owl-Eye
  • DPI : 100 à 16 000
  • Tracking : 400 IPS Max
  • Nombre de boutons : 6
  • Switchs : Technologie Roccat Titan (Omron personnalisés)
  • Durée de vie : 50 millions de clics
  • Dimensions : 124 × 65 × 43 mm
  • Poids : 89 grammes
  • Garantie : 2 ans
  • Prix public : 69€

La souris

La souris Roccat Kain 120 AIMO se présente dans un emballage noir, très sobre, avec une photo de la souris plutôt sombre, mettant en avant les deux parties rétroéclairées de la souris, à savoir la molette et le logo translucide apposé à l’arrière de la coque. On ne retrouve la référence qu’inscrite en petit en haut de la boite. À l’arrière, on a cette fois-ci une photo du côté gauche de la souris avec quelques pitchs technico-marketing pour informer des avantages de la souris, tandis que sur la tranche gauche nous retrouvons les principales caractéristiques.

Test Roccat Kain 120 AIMO Test Roccat Kain 120 AIMO

 

Cette Kain 120, comme les 100 et 200 qui partagent la même coque, s’adresse exclusivement aux droitiers avec sa forme dextre de la souris et les deux boutons latéraux uniquement présent sur sa tranche gauche.

Test Roccat Kain 120 AIMO

Les deux boutons principaux sont désolidarisés du reste de la coque. D’un point de vue design, c’est peut-être un peu moins agréable qu’une coque supérieure « unibody » (quoique cela reste subjectif), mais en termes de qualité de construction et de durée de vie, on y gagne.

Test Roccat Kain 120 AIMO

Comme d’habitude chez Roccat, on a une molette bien dessinée, ni trop grosse ni trop petite. Elle se loge d’ailleurs dans un encart en plastique imitant très bien la finition « aluminium brossé ». La partie interne de la molette arbore un squelette translucide et bénéficie donc d’un rétroéclairage RGB. En dessous, on a un seul bouton pour le réglage des DPI à la volée, dont les paliers sont configurables via le logiciel.

Test Roccat Kain 120 AIMO

Autre partie rétroéclairée, le logo situé sur la partie inférieure de la coque. À noter que les version 100 et 102 de cette Kain AIMO, moins onéreuses, ne disposent pas de rétroéclairage à cet endroit.

Test Roccat Kain 120 AIMO

Sous la souris, on retrouve deux larges patins à l’avant et à l’arrière, ainsi que le capteur optique Roccat Olw-Eye situé quelques millimètres au dessus du milieu de la souris.

Test Roccat Kain 120 AIMO

Vous l’aurez vu à travers toutes les photos, la Kain 120 AIMO bénéficie d’une constructeur et d’un assemblage exemplaires. Tout en plastique mat qui respire la qualité, on n’entend aucun craquellement et aucun marquage en vue après les premières heures d’utilisation.

Test Roccat Kain 120 AIMO Test Roccat Kain 120 AIMO

 

Les côtés de la souris ont une chute quasi-droite. On sent légèrement que le haut est plus large que le bas. Si la sensation est présente, l’effet n’est peut-être pas lui assez prononcé pour certains. On aurait peut-être aimé un retrait un peu plus prononcé pour bénéficier d’une aide plus forte à soulever la souris, notamment avec le pouce.

Test Roccat Kain 120 AIMO
 Test Roccat Kain 120 AIMO Test Roccat Kain 120 AIMO

 

Quelques photos supplémentaires (PS : le tapis utilisé est un Roccat Sense AIMO qui fera l’objet d’un test prochainement) :

Test Roccat Kain 120 AIMO Test Roccat Kain 120 AIMO
Test Roccat Kain 120 AIMO

Le soft

Pour accéder au paramétrage de la souris, il faut passer par le logiciel de contrôle unifié Roccat Swarm. On comprend toujours la pertinence de ce genre de logiciel, mais ils ont quelques inconvénients : un peu lourd, mais surtout certains constructeurs se gênent pas pour mettre de la pub sur leurs autres produits. Ici, aucun des deux. L’interface est un peu old school et mériterait peut-être un petit lissage esthétique, mais il est ergonomique en l’état et très lisible.

En haut, vous sélectionnez le périphérique que vous souhaitez configuré et dans le cas de la Kain 120 AIMO, les paramétrages sont ensuite dispatchés sur quatre onglets.Tout en bas, il est possible de configurer 5 profils différents selon vos jeux et préférences.

Le premier onglet permet d’accéder aux paramètres généraux : réglage des niveaux de DPI, du défilement de la molette, de la vitesse du double clic, etc.

Test Roccat Kain 120 AIMO

Le second onglet permet de régler l’attribution des boutons, avec en plus la technologie maison Easy-Shit+, à manipuler avec soins.

Test Roccat Kain 120 AIMO

Le troisième volet permet d’accéder aux différents effets d’éclairage de la souris. Pas moins de 6 modes sont proposés : AIMO (éclairage harmonieux qui communique avec les autres périphériques du constructeur), vagues, fixe, respiration, battement et le dernier, assez horrible pour les yeux, clignotement.

Test Roccat Kain 120 AIMO

Enfin le dernier volet permet de régler le polling rate, le LOD et quelques autres encore :

Test Roccat Kain 120 AIMO

À l'usage

Premières impressions au toucher, les matériaux utilisés pour la coque sont résolument haut de gamme. Ils semblent solides, propres, durables et doux, sans marquer rapidement comme cela peut être souvent le cas. Le haut de la coque arrive très bien sous la paume de la main, sans la saisir complètement, s’ouvrant ainsi facilement à tous les styles de prise en main, même si le palm et le claw grips restent les plus adaptés. Les boutons principaux étant séparés par une molette un peu large et la souris ne l’étant elle-même pas trop, on aurait pu penser que les doigts, en particulier l’index, aurait pu mal se positionner sur le bouton pour aller sur la tranche, mais il n’en est rien. Les dimensions sont très justes et confortables. Les boutons latéraux eux, arrivent pile au milieu de la dernière phalange du pouce. En d’autres termes, ils sont parfaitement situés pour se rendre autant accessibles l’un que l’autre. Pareil pour la molette, son sommet arrive entre la distale et la médiale de l’indexe. Rien à redire donc.

Question glisse, le poids plume de la souris, par ailleurs très équitablement réparti, et ses larges patins de bonne qualité lui confèrent une glisse tout simplement délicieuse. Cette sensation est appuyée par la très bonne performance du capteur optique Owl-Eye qui se rapproche énormément du maintenant légendaire PixArt 3389, à deux détails près : 50 IPS de moins chez Roccat (on reste quand même à 400, ce qui est déjà très haut et largement suffisant), mais à mon sens, une meilleure gestion des micro-mouvements et des décélérations en faveur de Roccat. Autrement dit, in game, c’est un pur délice pour ceux qui conservent l’accélération de la souris dans les paramètres. Nous avons testé la souris sur différents tapis et le verdict reste le même : la glisse est à chaque fois très facile à contrôler et très précise. Mention spéciale pour le combo Kain 120 / Sense AIMO, un tapis souple et RGB qui offrent probablement la meilleure glisse, aux côtés du SteelSeries DeX, dans la catégorie des tapis « souples ».

Enfin, je souhaite mettre un point d’honneur sur les switchs utilisés. Provenant de chez Omron, ils ont été légèrement modifiés par Roccat afin de mieux épouser la technologie Titan, permettant de réduire davantage la vitesse du temps de traitement des signaux, mais surtout de proposer une course plus rapide et plus nerveuse que les switchs Omron classiques, offrant une résistance légèrement plus haute pour finalement se retrouver entre les Omron et les Huano, ce qui à mon sens confère un équilibre absolument parfait.

Conclusion

Vous l’aurez compris, cette Roccat Kain 120 AIMO est une pure petite bombe pour les joueurs et d’ailleurs, en bureautique aussi. Légère, très précise, performante, bien construite et, on essaye de pas trop abuser sur ce point mais il mérite vraiment qu’il soit mis en avant, les switchs Omron modifiés sont probablement ce qui se fait actuellement de mieux, malgré la grande qualité déjà reconnue des switchs Omron de base et des Huano.

Son ergonomie très consensuelle permettra à une très grande proportion des joueurs de s’y retrouver, tout en proposant vraiment au minimum un bon confort bien supérieur à la moyenne. Enfin, puisqu’il faut en parler, on apprécie la qualité du rétroéclairage RGB, très homogène et d’une luminosité très douce.

Reste que le prix peut quelque peu refroidir. Lancée à 69€, ce n’est pas encore trop excessif et l’expérience parlera d’elle-même par la suite. On rappelle que la version 120 reprend les mêmes caractéristiques techniques, avec des matérieux différents sur les tranches seulement et le logo RGB en moins pour une réduction d’une vingtaine d’euros. Enfin, la version 200 est en fait la 120 en version sans-fil.

Roccat Kain AIMO 120
  • 9.5/10
    Qualité de fabrication - 9.5/10
  • 9.5/10
    Performances - 9.5/10
  • 10/10
    Glisse - 10/10
  • 9/10
    Prise en main - 9/10
  • 9.5/10
    Suivi logiciel - 9.5/10
9.5/10

Résumé

roccat kain 120 aimo amazon roccat kain 120 aimo ldlcOn aime :

  • La glisse
  • La prise en main
  • La qualité de fabrication
  • Les switchs parfaits
  • Le look

 

On n’aime pas :

  • Un peu chère
Envoi
User Review
0 (0 votes)

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer