On se retrouve aujourd’hui pour le déballage et le test d’une souris orientée jeux de notre nouveau partenaire : la Ninox Venator en version noire ! Une souris simple, de forme ambidextre mais qui propose deux boutons latéraux sous le pouce pour les droitiers et qui embarque un capteur Pixart PMW-3360.

La Venator possède-t-elle des atouts suffisants pour se démarquer de la concurrence ? Réponse dans notre test.

[nextpage title = « Fiche technique »]
  • Marque : Ninox
  • Modèle : Venator (black)
  • Type : ambidextre avec boutons latéraux à gauche
  • Connectique : USB plaqué or – longueur de 1,8 m
  • Dimensions : 122 × 62 × 40 mm
  • Poids : 80 grammes (sans le câble)
  • Revêtement : Plastique mat
  • Boutons : 6 non programmables
  • Réglage du DPI à la volée : Oui @ 400, 800, 1000, 1200, 1400, 1600, 1800, 2000, 4000, 6000, 8000, 12 000 DPI
  • Capteur : Optique PMW3360
  • Autres : switchs Omron (50 millions de clics)

Vous l’aurez compris, Ninox va droit au but : du Plug-and-Play radical et un poids-plume ! On passe maintenant la souris à la loupe.

[nextpage title = « Emballage et bundle »]

La souris se présente à nous dans un emballage noir et blanc, fait de carton mat. Sur la face avant, on trouve en haut le logo du constructeur suivi du nom de la souris. Dessous, une « vitrine » en plastique transparent, aux angles coupés, laisse apparaître la souris logée dans sa protection, elle-même en plastique transparent.

test ninox venator black

A l’arrière, le haut reprend les mêmes informations  ainsi que la fiche technique complète :

test ninox venator black

Sur les côtés :

test ninox venator black test ninox venator black test ninox venator black

Et enfin, à l’intérieur on retrouve la souris logée dans sa protection en plastique, le guide de l’utilisateur (très important pour choisir ses profils), un bouchon sur le port USB et un jeu de patins de rechange en téflon :

test ninox venator black

[nextpage title = « La souris »]

La Venator propose un design sobre et des lignes effilées . Ergonomie ambidextre, mais disposition des boutons latéraux prévue pour les droitiers, la souris propose trois styles de revêtement  pour sa coque. Au dessus, un plastique noir mat, séparé par un liseré en plastique transparent qui permettra aux diodes de faire passer leur luminosité (en plus du logo à l’arrière). La partie du dessous arbore un revêtement également en plastique, avec des picots pour améliorer le grip.

Une molette peu proéminente et recouverte de soft touch se loge entre les deux boutons principaux. Elle est entourée de plastique transparent pour le rétroéclairage. En dessous, on a un bouton pour switcher de profil (DPI). Il y a douze paliers disponibles et il vous sera possible de switcher à la volée entre trois d’entre eux.

En revanche, à l’inverse du modèle blanc, le câble USB n’est pas tressé.

test ninox venator black test ninox venator black test ninox venator blacktest ninox venator black test ninox venator black test ninox venator blacktest ninox venator black test ninox venator black[nextpage title = « Test et impressions »]

Entrons maintenant dans le vif du sujet.

Prise en main :

La Venator a un poids plume, 80 grammes sur la balance et permet donc d’être maniée avec naturel et une très grande facilité. Son ergonomie profilée et le renfoncement de la coque au niveau du pouce permettent de la soulever sans aucun effort. Accompagnée deux gros patins en téflon (on rappelle qu’un autre jeu de patins neufs est fourni en bundle), la glisse sur notre tapis Glorious PC Gaming Race est simplement exemplaire.

La molette propose suffisamment de rigidité pour que les crans soient nets, mais facilement utilisables. Sa taille est suffisamment grande et son enfoncement très bien dosé pour avoir un bon espace d’utilisation et facilement accessible. Bonus : elle est silencieuse.

Évidemment, le capteur optique embarqué (le Pixar PMW 3360) est toujours aussi efficace : aucun décrochage et très à l’aise avec tous les types de tapis de souris.

Enfin, les switchs Omron placés sous la coque pour les clics gauche et droite attestent encore une fois de leur efficacité : ils sont précis et nerveux, les quakers seront ravis (pas de miss click).

Qualité de fabrication :

C’est un peu la bête noire de cette Venator. Les matériaux utilisées pour ses différents revêtements ne sont pas de ce qu’il se fait actuellement de mieux. Sur le dessus, la coque propose un plastique noir mat, assez propice à l’usure et sans couche de soft-touch. Pour le revêtement latéral, les picots ne sont pas assez prononcés et la nature peu adhésive du plastique utilisé ne donnent pas non plus la meilleure expérience vue à ce jour et en comparaison avec ma Rival 100 de SteelSeries, qui propose un revêtement similaire de meilleure qualité, même si 100% plastique.

En clair l’adhérence générale n’est pas exceptionnelle, mais l’ergonomie globale et le poids plus de la souris rattrapent assez bien le coup.

Gestion des profils :

Ninox propose une gestion des profils entièrement paramétrable à la main, au sens propre. Pas de logiciels avec cette souris. La Venator propose 12 paliers de DPI différents (c.f. fiche technique). A chaque palier correspond une couleur (jaune, orange, violet, rose, bleu foncé, bleu clair, vert…) et le bouton placé sous la molette permet de switcher entre trois de ces profils.

De base, ce sont les  400(rouge), bleu (800) et verts (1600) qui sont proposés. Pour changer, il suffit de maintenir le bouton 5 secondes, puis à l’aide des différents fonctions affectées aux boutons de la souris (clic gauche, droit, molette haut, bas, bouton du milieu et les deux boutons latéraux), vous pourrez déterminer respectivement les couleurs, la hauteur à laquelle le capteur prend en compte la surface, l’intensité du rétroéclairage et enfin, les DPI.

Un effort de personnalisation sans avoir à installer de pilotes, qui nécessitera cependant d’avoir la notice en face de soi pour l’utiliser convenablement.

Mise à jour : Confguration des touches possible !

Grâce à ce petit logiciel : https://www.highrez.co.uk/downloads/xmousebuttoncontrol.htm, il est possible de configurer les boutons latéraux.

[nextpage title = « Conclusion »]

La Ninox Venator propose de sérieux atouts. D’une part, la prise en main, la glisse et le poids très léger lui donnent un confort et un rapidité d’adoption vraiment appréciables. Son design, même orienté gamer, reste discret et efficace. Si la boite de rangement n’est pas très solide, on appréciera le jeu de patins offert en bundle.

En revanche, la qualité des matériaux utilisés peut décevoir et manque de parfaire l’expérience, même si comblée par la prise en main, l’adhérence des revêtements est juste moyenne. Dans le même style, nous avions testé précédemment la Dream Machine DM1 Pro S qui ne propose pas le même type de prise en main (plus proche de Zowie), mais est dans la même gamme de prix avec sensiblement le même poids, le même capteur et un côté plug-and-play prononcé. En comparaison, la Dream Machine propose nettement moins de personnalisation et peut être sujette aux « miss clicks », mais du soft touch (même si de qualité plutôt moyenne) sur les côtés et un câble tressé, ce qui la rend peut-être un poil plus équilibrée dans sa prestation.

En somme, la Ninox Venator est largement recommandable.

 

 

Retrouvez la Ninox Venator sur :

Amazon (version noire)

Amazon (version blanche et noire)

 

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer