Nouveau constructeur de clavier mécanique aujourd’hui avec le mini et mimi Whitefox signé Input:Club ! Un clavier au format réduit, entre le 60% et le TKL puisqu’il intègre une partie des flèches directionnelles tout en s’affranchissant physiquement de la rangée de touches sytèmes F1 à F12. Bref, un clavier minimaliste, tout pour séduire ? Nous avons testé ce modèle en version Kailh Speed Silver pour la bonne cause.

Description

  • Constructeur : Input:Club
  • Modèle : Whitefox
  • Type : Clavier mécanique
  • Format : 60%
  • Matériaux boitier : Aluminium anodisé
  • Layout : AINSI (possibilité de commander et monter soi-même en ISO)
  • Switchs : Hako ou (True, Clear), Cherry MX Clear ou Kailh (Blue, Speed Silver, Speed Bronze ou Speed Copper)
    • Longueur de course : selon le switch
    • Point d’actuation : selon le switch
    • Compatibilité : Cherry MX
  • Keycaps
    • Matériaux : PBT
    • Profil : Cherry
  • Connectique : USB-C
  • Rétroéclairage : Non
  • Dimensions : 317,5 x 111.1 x 25,4 mm
  • Poids : 709 g
  • Garantie : 1 an
  • Prix public : Environ 140€

Le clavier

Input:Club a mis un grand soin dans l’emballage du clavier. En fait, une véritable housse rigide de transport est fournie. Elle comporte un emplacement dédié avec deux lanière à scratch pour maintenir le clavier et un emplacement dans un filet élastique pour les accessoires (le câble USB lors d’un transport).

Test Input Club Whitefox Test Input Club Whitefox

Dans le bundle, on a donc la notice d’utilisation (le clavier est entièrement programmable touche par touche), des patins de rechange, un câble USB Type-C gaîné aux couleurs du clavier et un lot de touches supplémentaires de rechange ou tout simplement pour réarranger votre layout en fonction de votre configuration personnalisée.

Test Input Club Whitefox

Le clavier est donc proposé au format compact, à l’instar du VP3 de chez WASD testé il y a peu, mais en incluant quelques touches directionnelles en plus. Toujours plus sympa pour naviguer sur un document avec selon les situations.

Test Input Club Whitefox

Le Whitefox se propose sur un boitier en aluminium anodisé de plutôt bonne qualité, avec les vis apparentes pour un petit effet indus très agréable à l’œil.

Test Input Club Whitefox

Le profil de touches retenu ici est le profil Cherry, un profil nettement plus plat que le très (trop ?) courant OEM que l’on retrouve chez 95% des claviers à l’heure actuelle, sans que l’on sache trop pourquoi d’ailleurs.

Test Input Club Whitefox

La hauteur du clavier n’est malheureusement pas réglable à la volée. Il vous faudra dévisser les pieds et installer les patins de rechange fournis dans le bundle pour avoir un clavier entièrement plat (du moins pour sa base).

Test Input Club Whitefox

Niveau ergonomie toujours, mais design également, le constructeur a opté pour du PBT épais sur les touches, une connectique en USB Type-C sur l’arrière gauche du clavier et du bleu sur les flèches directionnelles et la touche Échap. Un brin de couleur pour égayer tout en sobriété le clavier. Ces mêmes touches sont disponibles en blanc dans les accessoires fournis.

Test Input Club Whitefox Test Input Club Whitefox Test Input Club Whitefox

Nous avons choisi ici une version avec les switchs Kailh Speed Silver, des switchs linéaires avec un point d’actuation placé à 1,1mm de la course totale de 4mm.

À l'usage

Avant de commencer, il est à noter qu’il est tout à fait possible d’utiliser un clavier avec une disposition américaine (ANSI) dans la langue de molière. Un peu de gymnastique et d’entraînement permettent de l’utiliser sans problème avec les accents et majuscules accentuées. Pour cela, nous vous invitons à consulter cet article sur Wikipédia.

Si vous éprouvez toujours quelques difficultés d’adaptation, vous pouvez toujours configurer votre propre layout directement en créant votre firmware personnalisé directement sur le site du constructeur. L’avantage : vous faites ce que vous voulez, l’inconvénient : votre reprogrammation n’est évidemment pas imprimée sur les touches. Cela dit, le jeu en vaut la chandelle lorsque l’on cherche à se procurer un clavier plus personnel, plus spécial et de bonne qualité, difficilement trouvable dans notre norme ISO parmi les vrais constructeurs de claviers mécaniques.

Bref, une fois cette petite adaptation ou votre layout reprogrammé, vous voilà paré à utiliser le clavier dans toutes sa splendeur. La hauteur de base du clavier donne un certain équilibre avec le profil Cherry des touches, dispensant l’utilisateur d’obligatoirement posséder un repose-poignets. La matière utilisée pour les touches, du PBT épais, propose un touché « gras » et très doux sous les doigts. Toujours au niveau du profil, on a quelque chose d’assez plat pour les mains et grâce au switch Kailh Speed Silver, doté d’un point d’actuation situé à 1,1mm, avec de l’entrainement et cette résistance située entre les traditionnels MX Black et Red, il devient assez aisé de ne pas bottom out sur les touches (comprendre : ne pas enfoncer la touche jusqu’au bout).  Là-dessus, le constructeur a fait un bon choix en optant pour le constructeur Kailh.

Toujours à propos des ces switchs, on note une certaine douceur, une très petite sensation d’amorti dans le plongeon qui donne une sensation de frappe douce, pas des plus désagréables, au contraire. En revanche, ces switchs ne sont pas aussi « stables » (« droits ») que chez Cherry, sans aucune gravité apparente cependant.

Input:Club a opté pour Cherry en ce qui concerne les stabilisateurs des touches au format spécial (Espace, Shift, Entrée, etc.). Un bon choix, même si la barre espace souffre légèrement de tremblotte sous le pouce. Pour le reste, l’application est bonne, pas de soucis de ce côté-là.

Enfin, côté nuisance sonore, l’aluminium qui recouvre intégralement le PCB avec ses 1,5 mm d’épaisseur ne fait pas tout à fait honneur au prix requis. On sent l’émission sonore s’échapper sur les côtés des touches pressées, augmentant sensiblement le volume final. Cependant, difficile avec de l’aluminium de conserver une empreinte sonore réellement étouffée, à moins d’y mettre le prix. Le résultat esthétique rééquilibre ce défaut et le tout ne reste pas plus bruyant qu’un clavier mécanique estampillé haut de gamme par certains constructeurs gaming, voire reste en deçà.

Un petit aperçu, avec nos moyens du bords, des nuisances sonores face à notre WASD VP3 et notre Varmilo MA105C qui disposent tous deux de switchs linéaires similaires (MX Red avec une résistance de 45 cN dans le premier cas, Sakura Pink dans l’autre avec la même résistance) :

Contenu non disponible.
Merci d’accepter les cookies en cliquant sur « Accepter » sur la bannière.

Conclusion

Le Whitefox est réellement séduisant. Même si indisponible directement en ISO FR, le layout reprogrammable permet de s’y retrouver largement à défaut de ne pas vouloir/pouvoir maitriser les subtilités d’une disposition ANSI pour les caractères accentués. La variété de switchs proposés permet à chacun de s’y retrouver, la proposition de PBT sur les touches et le profil Cherry le rendent souple et agréable à l’utilisation.

Même si les stabilisateurs manquent parfois de perfection au regard des constructeurs haut de gamme et que la plaque d’aluminium, trop fine à notre avis, confèrent un niveau de nuisances sonores perfectible, il n’en demeure pas moins qu’il est un vrai plaisir de pianoter avec. Ajoutons à cela l’esthétisme réussi et la housse de transport bienvenue, on a là un clavier compact qui mérite amplement sa médaille d’or.

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer