On revient avec Edifier aujourd’hui, pour la présentation et le test d’enceintes pré-amplifiées, il s’agit des R1850DB. Un système 2.0 qui propose deux entrées RCA, optique, coaxial et du Bluetooth, dans un tarif relativement contenu. On fait le point sur ces enceintes.

Fiche technique

  • Constructeur : Edifier
  • Modèle : R1850DB
  • Type : Enceintes stéréo (2.0) préamplifiées
  • Puissance : 2 x 19 Watt RMS (graves) + 2 x 16 Watt RMS (aigus)
  • Plage de fréquences : 60 Hz – 20 kHz
  • Rapport signal/bruit : 85 dB
  • Distorsion harmonique : ≤ 0.5%
  • Connectique :
    • 2 x RCA
    • Toslink
    • Coaxial
    • Entrée Sub
    • Bluetooth 4.1
  • Accessoires : Télécommande infrarouge
  • Dimensions : 254 x 224 x 154 mm
    • Tweeters : Φ 19 mm dome en soie @ 6 ohm
    • Graves : Φ 116 mm @ 6 ohm
  • Poids : 6,6 Kg
  • Garantie : 2 ans
  • Prix public conseillé : 169€ TTC

Accessoires

Niveau accessoires, on a donc la notice d’utilisation, le livret relatif aux conditions d’application de la garantie constructeur, la télécommande et des câbles audio. Parmi ces derniers, on retrouve :

  • Un câble RCA/RCA mâle/mâle,
  • Un câble RCA/jack3.5,
  • Un câble Toslink
  • Un câble audio pour relier les deux enceintes entre elles,
  • Une petite lingette de nettoyage
  • La télécommande.
Test Edifier R1850DB Test Edifier R1850DB

Les enceintes

Avec leur design un peu rétro, elles n’en restent pas moins passe-partout et proposent une conception de qualité complètement cohérente avec le prix demandé.

Test Edifier R1850DB Test Edifier R1850DB

Les enceintes adoptent un format un peu spécial, puisque déjà « penchée » en arrière pour optimiser la direction du son dans le cas d’une utilisation sur bureau, ce à quoi elles se destinent plus particulièrement.

Test Edifier R1850DB

L’enceinte droite est l’enceinte active qui détient donc toute la connectique. On a donc le port audio (similaire à un port DIN mais propriétaire) pour relier les deux enceintes, le même que l’on a pu voir sur les S880DB, que nous ne trouvons pas très esthétique, ni pratique puisque contrairement à du câble audio standard, impossible d’en couper soi-même un bout de la longueur que l’on veut. Il y a également les deux sorties RCA, le bouton de mise sous tension et le câble d’alimentation directement intégré à l’enceinte. Enfin, on note la présence d’une entrée optique, coaxiale et d’une entrée ligne pour un caisson de grave supplémentaire.

Test Edifier R1850DB

L’enceinte droite intègre également les potards de réglages du volume, des graves et des aigus. Contrairement à d’autres modèles chez Edifier, ils sont donc situés sur l’arrière, ce qui est quand même eu pratique.

Test Edifier R1850DB

Sous le cache droit, on retrouve une petite diode verte qui témoigne de la mise sous tension des enceintes, qui vire au bleu lorsque le mode Bluetooth est activé. À noter que la télécommande reprend tous ces contrôles de volume et de source.

Test Edifier R1850DB

Enfin, les enceintes disposent de petits pieds en caoutchouc de base pour la surélévation et l’adhérence.

Test Edifier R1850DB

Le son

Nouveauté aujourd’hui, nous testerons les enceintes non plus sur deux cartes son différentes. Exit la X-Fi Titanium, malgré sa douceur naturelle et sa bonne restitution stéréo, nous n’utiliserons maintenant que notre STX première du nom, que l’on a déterminée plus performante, ainsi qu’avec un nouveau DAC, le PopPulse Super Pro 1796. L’intérêt de cette comparaison permet de faire ressortir deux points complémentaires : la STX bénéficie d’un beau placement des graves tandis que le PopPulse propose une profondeur de basse et un spectre légèrement plus étendus, avec de beaux timbres dans les mediums et aigus.

Globalement, les Edifier R1850DB proposent une bonne maitrise musicale, avec un léger déséquilibre sur les aigus, un peu trop prononcés à notre goût. Les potards situés à l’arrière manquent quelque peu de précision, surtout à bas volume, pour atténuer ce petit déséquilibre. Le passage sur un equalizer logiciel est recommandé pour arriver à nos fins. Toujours à haut volume, les fréquences basses et les graves se prononceront un peu plus qu’à bas volume (merci Captain Obvious), mais n’auront pas le même traitement que les médiums et aigus, ne réglant toujours pas ce petit déséquilibre avec les hautes fréquences. Une légère sensation de retrait des graves se fait ressentir, notamment pour les amateurs de musique à base de guitares saturées ne trouveront pas forcément leur compte sans aide d’un réglage un peu déséquilibré. Sur ces fréquences, les enceintes manquent quelque peu de donner un peu de vivacité et de corps.

Les aigus ont tout de même de belles qualité, avec un timbre flatteur, un beau relief et une précision agréable, à condition d’écouter des styles de musiques et de mixages qui puissent en bénéficier suffisamment. Malgré tout, la musicalité de ces enceintes reste prenante et, avec le rodage, promet quelques nettes améliorations et un gain de chaleur. Si l’image stéréo est globalement respectueuse du mix de base et de la spatialisation de la scène, cette légère timidité décrite précédemment empêche les enceintes de se déclarer réellement tout-terrain.

Question utilisation, nous avons notés quelques petits défauts, peu importants en somme, mais qui auraient pu être déjoués. Premièrement, l’activation du mode Bluetooth ne se fait qu’avec la télécommande. Attention donc à ne pas la perdre. Deuxièmement, il n’y a pas de séparation des deux entrées auxiliaires. Cela signifie que s’il est possible de connecter deux périphériques, il n’est pas possible de sélectionner l’une des deux sources via les enceintes. Si les deux périphériques sont actifs et sortent du son, alors les enceintes sortiront le son des deux sources en même temps. Une situation que peu d’utilisateurs devraient régulièrement rencontrer, mais tout de même.

Verdict

Tout à fait loin d’être mauvaises, ces Edifier R1850DB ne nous auront pas autant enthousiasmés que les S880DB que nous avions testées il y a peu, qui bénéficient d’une place de fréquence de 5 Hz plus basse. Certes, on ne joue pas du tout sur la même grille tarifaire, mais l’équilibre prix/qualité de son se retrouve légèrement moins intéressant ici. Si le son ne manque pas spécialement de clarté ni de puissance, les aigus et médiums sont un peu trop incisifs, tandis que les graves manquent de place et de profondeur.

En revanche, nous avions l’implémentation d’une connectique ultra-complète, qui offre même la possibilité d’accoler un subwoofer. Les finitions sont excellentes et le design, que l’on peut qualifier au pire de passe-partout, propose au moins de s’intégrer sans aucune contrainte à tout type de d’environnement.

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer