De retour avec le constructeur Dream Machines pour une nouvelle souris, la DM6 Holey. Une souris légère avec coque perforée et ergonomie pour droitier, déclinée en deux versions, la DM6 Holey qui embarque un capteur optique PixArt PMW3360 tandis que la DM6 Holey S est proposée avec le capteur PMW3389. Voici notre avis sur la DM6 Holey.

Caractéristiques

  • Constructeur : Dream Machines
  • Modèle : DM6 Holey
  • Type : Souris filaire
  • Ergonomie : Dextre
  • Rétroéclairage : Non
  • Capteur optique : Pixart PMW 3360
  • DPI : 400 à 12 000
  • Tracking : 275 IPS Max
  • Nombre de boutons : 7
  • Switchs : Huano
  • Durée de vie : 20 millions de clics
  • LOD : 1, 2 ou 3mm
  • Dimensions : 129 × 66 × 40 mm
  • Poids : 69 grammes
  • Garantie : 2 ans
  • Prix public : Environ 35 euros

La souris

On passera sur le packaging de la souris qui n’a ici que peu d’intérêt, la DM6 Holey étant livrée seule, sans aucun accessoire : pas de patins de rechange, pas de sticker, ni de bracelet… Un peu dommage. La souris propose donc une ergonomie dextre avec des dimensions appréciables : longue et fine, dans une robe mate apposée sur une coque alvéolée, permettant au poids de la souris de se réduire à 69 grammes sur la balance.

Sur le côté droit, rien de spécial. On note une diode positionnée sur le PCB, visible selon les angles, qui permettra de connaître le niveau de DPI actuellement utilisé. Pas de rétroéclairage sur la molette ou sur le logo, cela reste brut, peut-être trop pour certains, mais ici on aime ce design très « core ». Sur le côté droit, deux larges boutons latéraux, positionnés assez haut, permettant plus d’espace sur le pouce. Sous la souris, on retrouve quatre petits patins placés aux angles de la base.

À l'usage

La prise en main de cette DM6 Holey est vraiment bonne. Si au début sa ligne élancée me donnait quelques mauvais aprioris, il n’en est rien. L’ergonomie est agréablement bien pensée : relative faible largeur en très bon équilibre avec la hauteur. Cependant, selon la longueur de votre main, le palm grim risque d’être compliqué. Mais en claw et en finger, elle s’en sort très bien. Les switchs Huano Blue bénéficient ici d’un traitement supérieur à ce que l’on a déjà vu par le passé avec le constructeur, avec un son plat et mat que d’habitude, mais toujours assez audible.

La qualité de construction est globalement bonne, voire très bonne en réalité. Aucun craquellement lorsque l’on presse la souris, le plastique de la coque bénéficie d’une bonne épaisseur et cela inspire la solidité. La molette est très silencieuse et ses grips sont efficaces. On aurait peut-être aimer qu’elle soit un peu plus large, mais sa très bonne précision n’en est pas altérée. Le plastique mat de la coque est aussi agréable au touché qu’à la vue, mais malheureusement les traces de doigts apparaitront assez vite sur les boutons principaux. Après deux mois d’utilisation quotidienne, on ne note cependant aucune détérioration physique. La glisse est très bonne grâce aux patins PTFE et le poids-plume de la souris. Mais comme d’habitude, un peu de rodage permettra de gagner encore en fluidité, les patins étant un peu tranchant. Sur un SteelSeries DeX, une sensation d’accrocs se fait sentir et n’est pas agréable. Sur un tapis en tissu, comme le DM Pad que vous avez pu apercevoir en photo ou bien sur mon propre deskpad, absolument aucun problème. Enfin, la souplesse du cordon est elle aussi assez remarquable.

Niveau drivers, toujours pas de pilote unifié chez Dream Machines, mais quand on voit les dérives, notamment l’intégration d’encarts publicitaires et le poids à l’installation chez certains gros constructeurs, pour l’instant on ne critique pas. Surtout que Dream Machines ne faisant que des souris en matières de périphériques, à moins que vous ayez plusieurs souris et du même constructeur, aucun besoin. Bref, on aura comme d’habitude un pilote léger et complet, permettant de remapper tous les boutons de la souris, de créer plusieurs profils, des macros, de changer (mais pas d’en supprimer) les paliers de DPI et la couleur attribuée et de régler la vitesse de la souris, du double-clics, du LOD et de la vitesse de défilement de la molette.

Conclusion

La Dream Machines DM6 Holey fait honneur à la philosophie passée du constructeur : propose une souris d’abord performante et agréable en main avant d’aller sur les artifices. Avec son design core, sa qualité de construction très bonne pour son prix et ses fonctionnalités complètes, elle s’impose comme l’une des meilleurs dans la catégorie des souris légères et comme LA meilleure dans cette gamme de prix.

Si le RGB c’est votre truc, vous devrez passer votre chemin, autrement cette DM6, disponible à 34,99€ en version simple (PixArt 3360) et 39,99€ en version S (PixArt 3389) est sans conteste notre plus chaude recommandation pour les budgets serrés.

Dream Machines DM6 Holey
  • 9/10
    Qualité de fabrication - 9/10
  • 9.5/10
    Prise en main - 9.5/10
  • 9/10
    Glisse - 9/10
9.2/10

Dream Machines DM6 Holey

dream machines dm6 shopOn aime :

  • Design très « core »
  • Prise en main intuitive
  • Belle couleur mate
  • Capteur performant
  • Logiciel simple
  • Tarif agressif !

 

On n’aime pas :

  • Rétroéclairage bizarrement implanté
  • Patins qui nécessitent un petit rodage

 

Envoi
User Review
0 (0 votes)

Poster le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Ça vous a plu ?

Partagez à vos amis !

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer