Aujourd’hui on repart avec Dream Machines et sa DM6 Holey Duo, une souris quasi-identique a la DM6 Holey sauf que la Duo passe en mode sans-fil. Outre cette différence, la Duo prend 10 grammes supplémentaires sur la balance (batterie intégrée oblige) et son capteur passe d’un PMW33660 à un 3335 de chez PixArt, le tout pour environ 49€, ce qui reste un tarif très serré pour une souris gaming sans-fil.

Caractéristiques

  • Constructeur : Dream Machines
  • Modèle : DM6 Holey Duo
  • Type : Souris sans-fil
  • Ergonomie : Dextre
  • Rétroéclairage : Non
  • Capteur optique : Pixart PMW 3335
  • DPI : 400 à 16 000
  • Tracking : 250 IPS Max
  • Nombre de boutons : 7
  • Switchs : Huano
  • Durée de vie : 20 millions de clics
  • LOD : 1, 2 ou 3 mm
  • Dimensions : 129 × 66 × 40 mm
  • Poids : 79 grammes
  • Garantie : 2 ans
  • Prix public : Environ 49 euros

La souris

Avec cette DM6 Holey Duo le constructeur livre tous les accessoires indispensables pour une souris sans-fil, à savoir un set de patins de rechange, un câble USB (type « shoelace ») pour la recharge, un dongle USB pour la connectivité 2,4 Ghz et pour finir, un adaptateur USB-C vers USB-A femelle/femelle. Le but de cette adaptateur est d’avoir un câble constamment branché à l’ordinateur, puis caché à proximité de la souris sur le bureau en mode sans-fil en branchant le dongle sur l’adaptateur, lui-même branché sur le câble, ou bien pouvoir prendre ce dernier facilement pour passer en mode filaire.

Pour le reste, il s’agit exactement de la même basque que la Holey et la Holey S, du moins pour ce qui est de la coque. On retrouve cette même forme dextre assez effilée dans une coque alvéolée pour réduire le poids. Sur la partie gauche, on retrouve deux larges boutons latéraux. La molette, crantée, est précédée d’un discret logo tout à l’avant de la souris. En dessous, on a un bouton pour permettre de changer de pallier de DPI à la volée.

Sous la souris, on retrouve trois boutons. Celui placé le plus en haut sert à allumer ou éteindre la souris, tandis que les deux autres placés sous le capteur permettent respectivement d’éteindre ou allumer la LED présente sous le bouton droit et l’autre sert à changer le LOD à la volée avec trois niveaux : 1, 2 ou 3mm.

À l'usage

Prise en main

On pourrait se contenter de vous renvoyer sur le test de la DM6 Holey que vous avions testée il y a quelques mois, mais on n’est pas fainéant. La forme ergonomique pour droitier de cette souris est en l’état très agréable, aussi bien pour du gaming que de la bureautique. Avec une longueur standard, elle ne rentre pas dans la catégorie des petites souris. Pourtant, sa largeur plutôt contenue lui permettra de s’adapter à un très grand nombre de tailles de mains et lui permet de se manier avec plusieurs types de prises en main avec, dans chaque scénario, un confort éprouvé.

En palm grim, le majeur et l’indexe arriveront à l’extrémité de la souris mais sans avoir à se mettre en tension au niveau de la paume. Ce n’est peut-être pas son domaine de prédilection, mais si vous avez une main de taille moyenne, vous n’aurez aucun problème. En claw, probablement le type de prise en main la plus adaptée pour cette morphologie, la souris est parfaite. Le contact avec la paume sera très limitée, c’est surtout au niveau des poulies que les contacts se font. Le finger est par conséquent tout à fait praticable, à condition de ne pas avoir de petites mains.

Performances

Comme on disait en introduction, on troque ce bon vieux PixArt PMW3360 pour un 3335 sur la version Duo de la DM6 Holey. Rien de grave donc, c’est un choix tout à fait logique et adapté pour les souris sans-fil puisqu’il est moins gourmand en énergie. On gagne en DPI max, passant de 12000 à 16000 (mais qui en a besoin ?), et on perd quelques 25 IPS max au niveau du tracking. Dans les faits, aucune différence ne peut être honnêtement observée. La Holey simple aura simplement des mouvements verticaux plus concentrés, plus adaptés aux FPS probablement. Mais en termes de tracking, c’est tout aussi précis avec la version Duo.

On note cependant, comme l’atteste également TPU, que les niveaux de DPI souffrent d’une petite sous-estimation. Ainsi, si vous cherchez à avoir, par exemple, 800 DPI réels, inscrivez plutôt une valeur de 700 pour y être au plus près. Malheureusement, il n’est pas possible d’y aller par paliers de 50. Niveau batterie, si la souris ne bénéficie pas d’une charge rapide, ce n’est pas un problème puisque le câble fourni est très qualitatif : léger et flexible, il se fera très vite oublier, d’autant plus que la souris fonctionne en mode filaire à ce moment-là. L’autonomie est par ailleurs tout à fait satisfaisante, promettant quelques dizaines d’heures d’utilisation. Nous n’avons pas non plus noté sur notre modèle de latences de clics, que ce soit en mode filaire ou sans-fil. Enfin, la glisse est très bonne, mais nous aurions peut-être préféré une upgrade des patins que l’on trouve trop petits pour la taille et le poids de la souris.

Pilotes

Comme on le répète à chaque fois que l’on teste un produit de chez Dream Machines et qu’on ne veut pas tomber dans la lourdeur, on évitera de dire encore « Bon toujours pas de logiciel unifié, depuis le temps ils auraient pu y penser ». Voilà, nous sommes content d’avoir garder cette réflexion pour nous. La DM6 Holey Duo aura donc le droit à son propre pilote, différent donc de celui des deux DM6 filaires. S’il est possible de changer sans pilote de pallier de DPI avec le bouton situé sous la molette ou encore de régler le LOD avec un autre situé sous la base de la souris, le logiciel permet tout de même d’accéder à des paramétrages plus poussés.

Disposé en trois volets distincts (« DPI », « Paramètres » et « Macros »), il permettra de réassigner entièrement tous les boutons de la souris (du moins uniquement ceux présents sur la coque, les trois boutons présents sous la base ne peuvent être modifiés). Ce même premier volet affichera le niveau de la batterie et vous permettra de régler le nombre de paliers de DPI, leurs valeurs et la couleur associée au niveau de la petite led incrustée sous le clic droit. Le second volet reprend tout bêtement les paramètres de la souris de Windows, avec le changement de la sensibilité, l’activation ou non de l’accélération, etc. Enfin, le troisième volet du logiciel permet d’enregistrer des macros. Le tout est proposé sous un design extrêmement épuré et lisible, comme d’habitude chez Dream Machines. Il vous sera possible d’enregistrer plusieurs profils utilisateurs.

 

Conclusion

Il ne serait pas juste de considérer la DM6 Duo comme une simple version de la DM6 en version wireless. L’électronique embarquée, notamment le changement de capteur optique et la gestion du mode sans-fil donnent une expérience de navigation différente. Même si cela est imperceptible à l’œil nu, les valeurs des DPI indiquées dans le logiciel diffèrent légèrement de la réalité, il faudra donc bien veiller à ne pas se fier aux chiffres entrés dans le pilote mais à les revoir légèrement à la baisse par rapport à la réalité des choses. Il n’empêche que le tracking lui, reste fidèle.

Autrement, la DM6 Holey Duo est avant tout une souris sans-fil extrêmement intéressante pour son prix : légère (on reste en dessous des 80 grammes), solide, ergonomie réussie, performances globales plus que satisfaisantes, à 49€ elle se place comme un sujet de réflexion à considérer très sérieusement pour qui veut tenter l’expérience du sans-fil sans voir à débourser 80€ ou plus. Si vous recherchez absolument le rétroéclairage RGB, passez votre chemin, autrement cette souris est pour vous, qu’il s’agisse de jeux intenses, occasionnels ou encore de bureautique.

Depuis le début, la DM6 Holey est la souris qui m’accompagne quotidiennement à la maison pour le gaming et la bureautique, aujourd’hui, la DM6 Duo sera indéniablement la souris que j’emmène sur mon lieu de travail.

 

Dream Machines DM6 Holey Duo
  • 9/10
    Qualité de fabrication - 9/10
  • 9.5/10
    Prise en main - 9.5/10
  • 8.5/10
    Performances - 8.5/10
9/10

Dream Machines DM6 Holey

dream-machines-dm6-duo-shopOn aime :

  • Design sobre
  • Bonne ergonomie
  • Belle couleur mate
  • Capteur performant
  • Logiciel simple
  • Switchs et molette qualitatifs
  • Dual filaire et sans-fil
  • Très bon câble USB pour le mode filaire (souple et léger)

 

On n’aime pas :

  • Petite latence des switchs
  • Tracking fidèle, mais niveau de DPI indiqué imprécis

 

Envoi
User Review
0 (0 votes)

Poster le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Ça vous a plu ?

Partagez à vos amis !

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer