Après le test de la DM2 Comfy S, Dream Machines réédite sa souris ergonomique pour la monter en version avec cette DM2 Supreme. On fait le point sur les changements ensemble, qui concerne notamment le capteur, le câble et les switchs, le tout avec un prix réduit quand même.

Caractéristiques

  • Constructeur : Dream Machines
  • Modèle : DM2 Supreme
  • Type : Souris filaire
  • Ergonomie : Dextre
  • Rétroéclairage : Oui (RGB)
  • Capteur optique : Pixart PMW 3389
  • DPI : 400 à 16 000
  • Tracking : 275 IPS Max
  • Nombre de boutons : 7
  • Switchs : Huano
  • Durée de vie : 20 millions de clics
  • Dimensions : 131 × 84 × 39 mm
  • Poids : 94 grammes
  • Garantie : 2 ans
  • Prix public : Environ 35 euros

La souris

Allégement esthétique concernant l’emballage qui se veut beaucoup plus épuré avec un simple visuel style « croquis » en rouge, le tout sur fond blanc.

Test Dream Machines DM2 Supreme

La souris est protégée dans sa boite par une mousse épaisse taillée à la forme du mulot. Côté accessoires, on retrouve comme toujours avec Dream Machines un set de patins de rechange et une notice d’utilisation.

Test Dream Machines DM2 Supreme

Extérieurement, la coque de la souris reste strictement la même. Un revêtement caoutchouteux très doux recouvre l’ensemble de la souris.

L’un des changements apportés à cette souris est son câble. Dans la précédente version, nous avions droit à un câble tressé noir et rouge, old school et peu agréable. Ici, c’est un câble type « shoelace » bien plus léger et surtout beaucoup plus souple, en plus d’être sobre.

Test Dream Machines DM2 Supreme

L’ergonomie de la souris est très prononcée. Si la tranche gauche, abritant au passage deux boutons latéraux qui recouvrent deux switchs non identifiés, est tout à fait consensuelle, la tranche droite propose un repose annulaire.

Autre modification, les switchs des boutons principaux ne sont plus des Omron, mais des Huano Blue. Ces deux boutons sont séparés par une très large molette, légère et rétroéclairée. Elle est accompagnée de deux boutons de changement de palliers de DPI à la volée. À l’arrière, on retrouve le logo lui aussi rétroéclairé.

 

Enfin sous la souris, on retrouve les quatre patins qui assurent la glisse et le capteur, toujours placé nettement en arrière. Là aussi nous avons une montée en gamme puisque l’on passe d’un PixArt PMW 3360 à un 3389.

Test Dream Machines DM2 Supreme

À l'usage

Sans grande surprise, la prise en main de la Dream Machines DM2 Supreme appelle principalement les jeux de type MOBA/RTS avec une prise en palm grip très suggérée. Avec cette empatement dédié à l’annulaire, les prises de type claw grip ou fingertips seront assez difficiles. La souris appelle surtout au confort, en jeux bien ciblés donc, mais également en bureautique. Avec sa largeur prononcée, on apprécie la faible proéminence de la molette, ses crans serrés, nets mais légers pour un défilement plutôt aisé et surtout très silencieux. Le remplacement des switchs principaux Omron par des Huano Blue sont appréciés, tant ils offrent plus de netteté et une résistance plus stable et plus marquée que sur l’ancienne génération. Côté glisse, on reste sur une souris à 94 grammes. Les sensations sont bonnes, mais les arrêtes assez franches des patins manqueront de faire de la glisse le point d’excellence de la souris, sans pour autant appeler à la critique.

Niveau qualité de fabrication, là aussi on apprécie franchement le remplacement du câble tressé, plus lourd, pas forcément agréable à l’œil de l’ancienne génération par le même que l’on trouvait sur la DM1 FPS, à savoir un câble typé « shoelace » qui sans être le meilleur du marché, apporte très nettement son lot d’efficacité. Comme énoncé précédemment, les patins auraient peut-être mérité un petit polissage sur les tranches pour neutraliser au mieux les frictions, notamment sur un tapis en tissu. Le soft touch présent sur l’intégralité de la coque supérieure de la souris est très agréable au toucher, mais ce n’est peut-être pas ce qu’il y a de mieux au monde en terme d’adhérence. Mais c’est une souris qui est très orientée vers le palm grip, donc ce n’est pas un gros défaut du tout.

Enfin autre nouveauté, la prise en charge logicielle de la souris. Elle est évidemment utilisable sans, mais le software fourni permet de personnaliser le rétroéclairage et la configuration de la souris. Simple, léger et parfaitement lisible, il se compose de deux volets. Le premier permet d’éditer les fonctions attribuées aux différents boutons, de régler les différents paliers de DPI, de créer des profils utilisateurs et de personnaliser le rétroéclairage de la souris sur un mode RGB. En revanche, il n’y a qu’un seul effet : le mode respiration. Peut-être qu’une évolution future du logiciel permettra d’avoir un rétroéclairage constant ou de le désactiver. Le second volet lui permet de régler le taux de rafraichissement, le Lift Off Distance, la vitesse de défilement et du double-clic et d’éditer des macros.

Pour le rétroéclairage, il est loin d’être homogène dans sa diffusion et encore moins au niveau de la molette, simplement translucide.

Conclusion

Cette réédition de la DM2 Comfy S n’apporte que des bonnes choses. Meilleur capteur, meilleur câble, meilleurs switchs, meilleure esthétisme et arrivée d’un suivi logiciel complet, on regrette juste que les patins soient toujours perfectibles mais rien qui ne fasse crier gare.

Évidemment, face à son aînée, on y retrouvera une différence de prix mais d’une petite dizaine d’euros seulement. À approximativement 35€, cette souris reste parfaitement recommandable pour qui cherche confort, esthétisme et performances.

  • 9/10
    Prise en main - 9/10
  • 9/10
    Qualité de fabrication - 9/10
  • 9.5/10
    Performances - 9.5/10
  • 8/10
    Glisse - 8/10
8.9/10

Résumé

On aime :

  • Toutes les améliorations apportées :
    • Esthétisme
    • Câble
    • Capteur
    • Switchs
    • Logiciel
  • Prise en main agréable…

 

On n’aime pas :

  • … mais ergonomie réservée aux avertis
  • Glisse perfectible
  • Rétroéclairage old school
Envoi
User Review
0 (0 votes)

Poster le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Ça vous a plu ?

Partagez à vos amis !

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer