Dream Machines s’est toujours démarqué par son rapport qualité/prix face à la concurrence. Un atout appuyé par l’édition S2 de sa DM1, qui reprend la toute première de la série, la DM1 Pro S, en lui apportant quelques améliorations avec en prime un prix réduit !

Caractéristiques

  • Constructeur : Dream Machines
  • Modèle : DM1 S2
  • Type : Souris filaire
  • Rétroéclairage : Non
  • Capteur optique : Pixart PMW 3360
  • DPI : 100 à 12 000
  • Tracking : 275 IPS Max
  • Nombre de boutons : 6
  • Switchs : Huano
  • Durée de vie : 20 millions de clics
  • Dimensions : 126 × 68 × 39 mm
  • Poids : 85 grammes
  • Garantie : 2 ans
  • Prix public : Environ 29 euros

La souris

La Dream Machines DM1 S2 est fournie dans une boite en carton au design minimaliste et repose à l’intérieur dans une protection en plastique moulé à sa forme. On retrouve dans les accessoires la notice d’utilisation et un set de patins de rechange.

On commence à avoir l’habitude de la série DM1 chez ce constructeur, puisqu’il s’agit ici de la quatrième version que l’on teste. Mais puisque vous êtes là, commençons. D’après la fiche technique, la DM1 S2 ne cherche pas à remplacer la DM1 FPS, mais la DM1 Pro S, en lui apportant quelques changements. Premièrement, on se retrouve avec une coque aux couleurs et matériaux beaucoup plus unis, avec du soft touch sur l’intégralité de la coque supérieure, comme sur les côtés. Il s’agit toujours de la même coque, faussement ambidextre, qui propose deux boutons latéraux sur le côté gauche.

Les boutons principaux abritent cette fois-ci des switchs Huano Blue au lieu des Omron sur la précédente version. Entre les deux, cette même petite molette, très (trop ?) discrète qui bénéficie d’un rétroéclairage de la même couleur que celui présent à l’arrière de la coque. La couleur est en fonction du pallier de DPI sélectionné à l’aide du bouton situé sous la molette.

Test Dream Machines DM1 S2

Autre nouveauté encore empruntée à son aînée plus haut de gamme (la DM1 FPS qui embarque un capteur optique PixArt PMW 3389), le passage d’un câble tressé peu agréable à un câble type shoelace beaucoup plus souple, plus léger et plus sympa visuellement. Grosso-modo, la souris est beaucoup plus agréable à l’œil que sa prédécesseure.

Test Dream Machines DM1 S2

Enfin la glisse est assurée par trois patins, dont on rappelle qu’un set de rechange est fourni dans les accessoires.

Test Dream Machines DM1 S2

À l'usage

Comme nous le disions précédemment, il s’agit de la quatrième version de DM1 que nous testons et toutes partagent la même ergonomie. Pas de surprise donc de ce point de vue-là, on est sur une coque éprouvée, consensuelle dans sa prise en main, accompagnée d’un poids qui permet tout type de prise : palm et claw principalement, mais le fingertips est également possible. Niveau glisse, elle est bonne, comme d’habitude, mais comme il n’y a pas eu d’évolution depuis ces trois ou quatre dernières années, on commence à noter qu’il y aurait pu avoir la possibilité de bénéficier de patins aux arrêtes moins sèches. Un tout petit détail.

La qualité de construction elle, est améliorée. Exit le vieux câble tressé qui n’a jamais eu lieu d’être de manière générale pour la rédaction et bienvenue au câble souple, léger et plus beau. Pour les switchs, on préfère très largement les Huano Blue aux Omron utilités précédemment, car plus francs, plus précis et non sujets aux miss clicks avec une résistance dosée comme il faut. En revanche, la molette commence à dater avec le temps. Petite, pas assez résistante à notre gout au niveau du crantage et d’ailleurs, les espacements entre les crans sont à notre sens trop serrés. On aurait aimé un amélioration, mais on parle tout  de même d’une souris à moins de 30€. Le capteur reste quant à lui fidèle à lui-même, à savoir excellent.

Entre temps, un logiciel pour la DM1 Pro S a été développé et il est compatible avec cette DM1 S2. Composé de quatre volets, il permet d’accéder à de nombreuses options, comme le réglage du taux de rafraichissement, des paliers de DPI, des affectations des boutons, du rétroéclairage qui passe en RGB, de son intensité (quatre niveaux) et de ses effets (statique ou respiration), mais également pour éditer des profils utilisateur ou des macros. Un logiciel clair, assez complet et simple d’utilisation.

Conclusion

Cette réédition de la DM1 sous une forme entrée de gamme mérite clairement d’être qualifié de hautement concurrentielle. À moins de 30€, on a une souris à la prise en main consensuelle, une bonne glisse, des switchs agréables, un câble moderne, un look sobre et un suivi logiciel plus que suffisant.

On regrette cependant que la molette n’ai pas été améliorée depuis le temps et que les boutons latéraux n’aient pas été renforcés pour éviter les petites fuites de lumière. Bref, la coque de cette souris, plaisante à son début de revival, commence à dater un peu. En attendant, toutes les fonctions sont présentes et son placement tarifaire l’impose comme l’une des références à considérer sérieusement lorsque l’on a un budget très limité.

  • 8.5/10
    Qualité de fabrication - 8.5/10
  • 9/10
    Glisse - 9/10
  • 9/10
    Prise en main - 9/10
  • 9/10
    Suivi logiciel - 9/10
8.9/10

Dream Machines DM1 FPS

dream machines dm1 s2On aime :
– Toutes les améliorations apportées (câble, logiciel, prix)

On n’aime pas :
– Design qui commence à vieillir
– Molette perfectible

Envoi
User Review
0 (0 votes)

Poster le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Ça vous a plu ?

Partagez à vos amis !

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer