… Cherche pas, t’as tort.

Sinon, on souhaiterait vous parler aujourd’hui d’un clavier du constructeur allemand Speedlink, spécialiste des périphériques et accessoires gamers et aujourd’hui, c’est le Ultor qui retient notre attention. Un clavier mécanique au format TKL tout ce qu’il y a de plus minimaliste, tout en proposant un look gamer ma foi plutôt réussi.

Proposé sous la barre des 90€, le Ultor a plus d’un atout pour contrer sérieusement quelques produits populaires de grandes marques qui ne proposent pas toujours un excellent rapport qualité/prix. On ne vous en dit pas plus sur la qualité du clavier, on commence par la présentation de la fiche technique.

Speedlink

[nextpage title = « Fiche Technique »]
  • Constructeur : Speedlink
  • Modèle : Ultor
  • Type : Clavier
  • Format : TKL (Ten Key Less)
  • Touches : Mécanique
  • Switchs : Kailh Red
  • Type de touches : ABS
  • Rétroéclairage : Oui (bleu/blanc)
  • Couleurs principales : rouge/noir
  • Dimensions : 350 × 122 × 33 mm
  • Poids : 680 grammes
  • Câble : USB tressé 1,7m
  • Technologies : N-key rollover
  • Macros : Oui (via pilote)
  • Gestion des profils : Oui (5) : chargement automatique en fonction des jeux, exportables et importables
  • Touches de fonction : Oui (12)

Un profil ultra-complet orienté gamer, tout comme le design qu’il arbore et que nous allons découvrir dans la prochaine section, le déballage et la présentation du fameux Ultor.

[nextpage title = « Déballage et présentation »]

Le clavier est protégé dans un carton dont la face avant, on peut le dire, est plutôt chargée de visuels et d’informations. C’est pas spécialement beau, ça fait un peu produit de grande surface avec un maximum de logos colorés disposés en file indienne, trop nombreux à tel point que visuellement la photo du clavier ne ressort pas et se fond dans les couleurs rouges et noires de la boite. Dommage, ça fait kitsch et cheap. Le reste du carton ne propose rien d’exceptionnel mais se veut au moins plus sobre et ça repose un peu les rétines.

Speedlink Ultor Speedlink Ultor Speedlink Ultor

A l’ouverture de la boite, place au bicolore mais on tombe surtout nez-à-nez avec le clavier, très bien calé dans son carton et enveloppé d’une protection souple et assez épaisse pour se rassurer s’il y aura besoin à l’avenir de le transporter. A l’intérieur du carton, la notice d’utilisation.

Speedlink Ultor Speedlink Ultor

Une fois la protection du clavier retirée, on retrouve un Ultor tout beau et plutôt bien fini. Pourtant, je n’aime réellement pas les design gamer (mon clavier perso est un Ducky Channel One) mais je dois dire que celui-ci, avec sa plaque rouge sanguine, est esthétiquement plaisant.

Speedlink Ultor Speedlink Ultor Speedlink Ultor Speedlink Ultor

Le design du lettrage se veut quelque peu futuriste et la partie WASD ainsi que les flèches directionnelles profitent d’une encre spécifique et d’un rétro éclairage blanc, tandis que le reste des touches dispose d’un rétro-éclairage bleu. Si l’éclairage est plutôt agréable et surtout réglable, il aurait peut-être été aimable de trouver un set de touches de remplacement dans le bundle pour revenir à des imprimés semblables à celui des autres touches, histoire de pouvoir personnaliser un peu son clavier et lui ôter quelque peu son esthétique gamer. Car oui, dans un bureau ça passe carrément bien aussi !

Speedlink Ultor

L’éclairage du clavier profite d’une gestion de son intensité via le logiciel, de 0 (éteint) à 100%, par tranche de 10 points et d’un mode breath dont le rythme n’est (malheureusement) pas paramétrable. C’est un peu sommaire, mais pour ceux qui s’en foutent (comme moi), on peut changer de sujet.

Les switchs, des Kailh Red donc, sont très bien implantés dans la structure métallique rouge brillante de la plaque principale. Avant de recevoir le clavier, j’avais de mauvais aprioris sur le choix de la peinture. Un peu brillante, style « pailletée », elle est finalement très bien appliquée et donne un style singulier au clavier, qui me ferait même me dire qu’il pourrait très bien me servir quotidiennement… Mais le format TKL n’est malheureusement pas adapté à mon usage !

En enlevant les touches, rien ne laisse entrapercevoir le PCB du clavier et donne visuellement une sensation de propre. La compatibilité des switchs Kailh avec leur profil OEM vous permettra de changer de keyset facilement mais sans oublier qu’il faudra des imprimés transparents sur les lettrages afin de profiter au mieux du rétro-éclairage, bien que cela ne soit pas du tout une nécessité absolue mais un simple question esthétique. A ce sujet, on aurait peut-être apprécié un keycaps puller aussi fourni dans le bundle, histoire de.

Speedlink Ultor Speedlink Ultor

Le câble tressé long de 1,7m parait solide et prend racine au centre de l’arrière du clavier. Dommage qu’il ne soit pas détachable au besoin pour se rassurer qu’en cas d’usure, le dépannage sera peu coûteux…

Speedlink Ultor Speedlink Ultor

Enfin, le dessous du clavier. Rien d’anormal, un plastique granuleux moins valorisant mais solide et homogène qui fera son job et deux pieds en haut pour ajuster la hauteur, relativement peu élevée de nature pour un clavier mécanique et c’est appréciable surtout qu’il ne dispose pas de repose-poignets, en  fonction de vos préférences.

Speedlink Ultor Speedlink UltorBien, passons maintenant au soft !

[nextpage title = « Le soft »]

Le point négatif à retenir de ce clavier restera sa partie logicielle. Non traduit en français, les pilotes sont un peu à l’effigie du packaging… Pas soignés, contrairement au clavier. Les fonctions sont très sommaires : personnalisation des touches, de la vitesse de transmission du câble USB et du taux de rafraîchissement et enfin, réglage de l’éclairage… Qui ne se fera que de manière logicielle. En tout, 5 profils enregistrables et paramétrables sont proposés à l’utilisateur.

 Speedlink Ultor Speedlink Ultor Speedlink UltorLa partie paramétrage des macros nécessitera pour plus d’un de passer par la case notice afin de comprendre quelque chose. C’est très sommaire, mais après tout le format TKL est plutôt propice aux jeux nerveux de type FPS. A-t-on réellement besoin de personnaliser un max de touches lorsque l’on a cherché à investir dans un clavier déjà TKL ? Vous avez 4H pour y répondre.

Speedlink Ultor

[nextpage title = « La frappe »]

Pas de surprise quant aux switchs utilisés, étant donné qu’ils sont des copies conformes des Cherry MX Red, il n’y a pas d’affolement quant à la nature de la frappe. Des switchs « à fleur de peau » : linéaires et nécessitant une pression relativement faible de 45 cN. Un des switchs les plus populaires chez les joueurs parce qu’ils fatiguent nettement moins que d’autres plus résistants (comme les Cherry MX Blue ou Black par exemple).

Les touches et la frappe

Si, comme dans 99% des cas chez les produits « gamers », le clavier dispose de touches ABS, il faut souligner ici que leur texture est plutôt agréable aussi bien visuellement qu’au niveau du toucher. A mon grand étonnement, j’ai constaté une résistance nettement plus grande quant à la pression à exercer pour enfoncer les touches, une sensation en frappe qui nous met plutôt sur un ressenti de 50 cN (contre 45 théorique). En fait, rien d’alarmant, au contraire ! On reste loin de la dureté d’un switch de type MX Black (à 60 cN), mais de quoi tomber dans un juste milieu entre sensibilité et résistance sur la fin de course pour éviter instinctivement de faire du bottom (entendre : enfoncer la touche jusqu’au bout de sa course) et de faire, d’avoir une frappe relativement silencieuse.

Avec une matière ABS fine utilisée pour les keycaps, on reste sur un son plus clair et plus aigu que sur mon clavier personnel, mais le « volume » reste au même niveau, probablement grâce au fait que les switchs soient exposés : le shield ne fait pas office de « caisse de résonance » et c’est tout simplement un bon point.

Le confort

Très bon point en ce qui me concerne sur ce Speedlink Ultor, la hauteur du châssis relativement plus faible qu’ailleurs et le profil OEM des touches font bon ménage. J’ai d’ailleurs, à mon grand étonnement, déployé les patins sur ce modèle.

In-game

Aucun problème en jeux, la réactivité est bien présente et la technologie N-Key Rollover fonctionne ici très bien. Aucun risque d’ailleurs d’activer la fâcheuse touche Windows par mégarde puisque celle-ci  est désactivable via le mode « game » du clavier, activable avec la touche Fn.

Bien, nous avons fait le tour complet du clavier… Il n’y a plus qu’à résumer nos impressions.

[nextpage title = « Conclusion »]

L’habit ne fait pas le moine. C’est ce qu’il faut retenir de ce clavier. Non, le packaging (franchement dégueulasse), l’austérité du soft ou encore le bundle ne représentent pas la qualité finale du clavier. Sans dire qu’il est excellent (je manque encore de points de comparaison pour m’avancer), ce clavier propose un design singulier et subjectivement réussi, avec des performances présentes et un confort sympa. Le Speedlink Ultor a de bons arguments pour lui et reste un bon choix de clavier selon nos considérations.

En gros, nous n’avons rien à redire sur la partie matérielle du clavier qui a de quoi talonner certains grands constructeurs mais qui, eux, déploient plus de moyens dans la partie développement logiciel. Si vous n’êtes pas à la recherche d’une suite logicielle fouillée et que le design vous plait, nous vous le recommandons.

Retrouvez le Speedlink Ultor sur : LDLC ou Amazon

 

Speedlink Ultor
  • 6/10
    Bundle & Packaging - 6/10
  • 7/10
    Pilote - 7/10
  • 8/10
    Fonctionnalités - 8/10
  • 9/10
    Design - 9/10
  • 9/10
    Qualité - 9/10
  • 9/10
    Confort de frappe - 9/10
  • 8.5/10
    Prix - 8.5/10
8.1/10

Résumé

On aime :
– Le design
– Le confort de frappe
– La qualité des matériaux
– La finesse de la plaque

On n’aime pas :
– Le packaging et le bundle
– La suite logicielle

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer