On se retrouve à nouveau avec Audioquest pour le test du DAC et amplificateur de casque nomade DragonFly en version Cobalt, la version la plus haut de gamme de la série DragonFly. À 299€ le bijou ultra compact, que peut-on en attendre ? Réponse dans ce test.

macfay hardware audioquest

Caractéristiques

  • Constructeur : Audioquest
  • Modèle : DragonFly Cobalt
  • Type : DAC USB et amplificateur de casque
  • Décodeur : ESS Sabre ES9038Q2M
  • Amplificateur : ESS Sabre 9601
  • Résolution : 16/24 bits
  • Fréquences d’échantillonnage :
    • PCM 44,1, 48, 88,2 et 96 kHz
    • MQA
  • Puissance : 80 mW / 32 ohms
  • Entrées :
    • USB
  • Sorties :
    • Jack 3,5
  • Accessoires fournis :
    • Adaptateur USB-C
    • Housse de transport
  • Dimensions : 19 x 12 x 57,5 mm
  • Garantie : 2 ans
  • Prix public conseillé : 299€

 

Le Dragonfly Cobalt

Toute la série des DragonFly de Audioquest est on ne peut plus simple. Il s’agit d’un seul appareil auto-alimenté de la taille d’une clé USB que l’on branche directement sur un ordinateur, ou bien sur un smartphone compatible avec l’adaptateur souple USB-A vers Tupe-C fourni en accessoire au même titre qu’une petite housse de transport en croûte de cuir.

L’adaptateur USB en question n’est d’ailleurs pas générique puisqu’il s’agit du Audioquest Dragon Tail. Un adaptateur travaillé, disponible à l’achat séparé qui bénéficie d’une fabrication haut de gamme, on vous laisse découvrir ses caractéristiques sur la fiche produit du site officiel du constructeur. L’appareil est totalement plug-and-play et sera donc reconnu instantanément sous Windows, sous Mac mais également sous Android.

Pour information, la gamme comprend deux autres références, le DragonFly Red, disponible à 199€ et le DragonFly Black, lui vendu à 99€. Par rapport au Red, le Cobalt bénéficie d’un meilleur filtre au niveau de l’alimentation, qui est d’ailleurs ici moins gourmande en énergie, et d’une puce de conversion techniquement supérieure (il s’agit d’une puce ES9016K2M pour le Red, ES9038Q2M pour le Cobalt). Par ailleurs, seul le Cobalt prend en charge le MQA. enfin ,e DragonFly Black intègre une plus humble puce Sabre ES9010.

 

À l'écoute

Pour tester les performances musicales de ce DragonFly Cobalt, nous avons fait appel à nos deux valeureux casques d’écoute, le Monolith M1060 et le Audeze LCD-1. De prime abord, quels que soient les morceaux écoutés, on sent tout de suite une signature sonore assez claire. Le son pourrait pour certain rester trop dur, un petit relâchement serait parfois bienvenu pour tomber dans une écoute hautement relaxante (enfin, cela dépend évidemment de la nature du morceau).

Toutefois, le soundstage est vraiment très bien détaillé et l’image stéréo en est tout autant large. La dynamique est ici très fidèle avec une certaine maitrise de l’art sonique. L’expressivité de ce DAC permet de driver une belle étendue de casques et de leur faire honneur, quelle que soit leur nature d’un point de vue sonore. D’un point de vue technique, sa puissance d’amplification permettra de drivers des IEMs, des casques, mais également de connecter une chaîne hi-fi ou bien des enceintes actives.

Outre la propreté et la carté du son, une certaine impression de force naturelle se dégage de ce petit Cobalt. En découle une certaine neutralité qui amènent les fréquences basses et moyennes à se côtoyer avec musicalité et respect les unes des autres, bien que la séparation de certains instruments soit parfois perfectible. Les basses piochent vraiment dans le bas, avec humilité, précision et émerveillement. Les mediums sont retranscrits avec une plénitude et une régularité assez joussives. Ce même souci du détail fait la part belle aux fréquences hautes, mais surtout aux timbres de voix.

 

Conclusion

Le Audioquest DragonFly Cobalt est un véritable OVNI, disons-le clairement. Son manque de fonctionnalités, comme la prise en charge du DSD, l’absence de sortie symétrique, le PCM « bridé » à 96 kHz font de lui un produit en apparence dépassé, surtout par rapport à son tarif assez sérieux de 299€. Et pour autant, si la course à la fiche technique n’est pas son fort, force est de constater qu’il est un prince sur le peu de terrain sur lequel il joue.

Le DragonFly Cobalt est un produit à considérer dans sa liste d’achats pour tout mélomane nomade ou sédentaire qui souhaite exploiter son casque avec une solution simple, très peu encombrante et efficace, à condition cependant d’y mettre le prix. En alternative, il existe aussi le EarMen Sparrow, plus abordable, qui lui prendra en charge le DSD et le DXD avec une sortie casque symétrique supplémentaire.

Audioquest DragonFly Cobalt
  • Qualité de son
  • Construction / Design
  • Fonctionnalités
4

Résumé

audioquest dragonfly cobalt amazonOn aime :

  • Qualité d’écoute
  • Facilité d’utilisation
  • Filtre alimentation
  • Mini format, maxi technologie

 

On n’aime pas :

  • La concurrence offre facilement la prise en charge du DSD, une sortie symétrique et un taux d’échantillonnage nettement supérieur à ce prix

 

Poster le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Ça vous a plu ?

Partagez à vos amis !

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer